"> Dan Le Sac vs Scroobius Pip - Angles - Indiepoprock

Angles


Un album de sorti en chez .

Au petit jeu des noms abstrus, les auteurs de "Angles" frappent d’entrée un grand coup. Mais un pseudonyme improbable n’étant visiblement pas une garantie suffisante de sécurité, Scroobius Pip se dissimule en plus derrière une barbe qui visuellement ferait de lui le digne héritier, au choix, de ZZ Top ou du Grandaddy de la grande […]

Au petit jeu des noms abstrus, les auteurs de "Angles" frappent d’entrée un grand coup. Mais un pseudonyme improbable n’étant visiblement pas une garantie suffisante de sécurité, Scroobius Pip se dissimule en plus derrière une barbe qui visuellement ferait de lui le digne héritier, au choix, de ZZ Top ou du Grandaddy de la grande époque. Quelques secondes suffisent néanmoins pour réduire ces comparaisons à néant : si l’étiquette s’avère assez réductrice, le duo officie essentiellement au rayon hip-hop – un hip-hop de prolos britanniques, accents improbables et paroles désabusées à l’appui.

Ces nouveaux hérauts de la dèche anglaise quotidienne s’inscrivent ainsi dans une veine finalement assez peu exploitée, et dont les principales références sont Mike Skinner (The Streets), Day One ou éventuellement Roots Manuva. Plus classiquement hip-hop que The Streets, nettement moins mélodiques que Day One, Dans Le Sac et Scroobius Pip réussissent malgré tout à agrémenter leur cocktail de quelques ajouts electro ou pop tout à fait bienvenus.

Musicalement, on est assez loin de l’inventivité éclatante des Streets première période ; les samples et les boucles choisis par Dan le Sac font néanmoins souvent mouche, grâce à leur aspect très référencé et "clin d’œil" (Planet Telex de Radiohead sur Letter From God To Man). Une propension nette à s’appuyer sur des sons acoustiques (beaucoup de guitares parmi ces samples) apporte un surcroît de distance et d’originalité ; on y retrouve quelques influences d’un duo qui avoue être passé par la case punk-rock (Fixed) avant de se lancer dans le hip-hop.

On repère bien entendu dès la première écoute les deux singles évidents : Thou Shalt Always Kill, imparable avec sa boucle électro cradingue et ses paroles iconoclastes, et bien sur The Beat That My Heart Skipped, plus classiquement dansant, au refrain infectieux. Ces deux titres sont indéniablement les meilleurs titres de l’album, mais on aurait tort de résumer "Angles" à ces seuls morceaux.

Débraillé mais pas forcément dispersé, homogène sans verser dans l’ennuyeux, "Angles" est un premier album attachant, porté par un humour et un sens de l’autodérision salvateurs. Un pavé bienvenu dans une mare qui a bien trop souvent tendance à croupir paisiblement.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Beat That My Heart Skipped
  2. Development
  3. Thou Shalt Always Kill
  4. Back from Hell
  5. Look for the Woman
  6. Fixed
  7. Rappers Battle
  8. Letter from God to Man
  9. First Time We Met Musik
  10. Tommy C
  11. Angles
  12. Magician's Assistant
  13. Waiting for the Beat to Kick In

La disco de Dan Le Sac vs Scroobius Pip