"> Dananananaykroyd - Hey Everyone - Indiepoprock

Hey Everyone


Un album de sorti en chez .

5

Quitte à former un groupe, autant essayer de lui coller une étiquette inédite, ça ne mange pas de pain et ça peut faire parler de soi. Voici donc débarquer le tout premier groupe de “fight pop” : Dananananaykroyd. Le projet est simple sur le papier mais plus difficile à réaliser : concilier des ardeurs (post-)hardcore avec une […]

Quitte à former un groupe, autant essayer de lui coller une étiquette inédite, ça ne mange pas de pain et ça peut faire parler de soi. Voici donc débarquer le tout premier groupe de “fight pop” : Dananananaykroyd. Le projet est simple sur le papier mais plus difficile à réaliser : concilier des ardeurs (post-)hardcore avec une ambition pop plus classique. Si ce mélange de cris, gimmicks, riffs tonitruants et accalmies leur a valu des comparaisons avec the Blood Brothers, At the Drive-In ou, plus judicieusement, Forward Russia ; c’est cependant aux Los Campesinos que le groupe fait furieusement penser.

Outre une réputation scénique flatteuse ; les 2 groupes partagent en effet un son exalté, un chant nerveux et scandé, un talent marqué pour les changements de rythmes et un bon gros paquet de fun. Si Los Campesinos se révèlent un peu plus ambitieux et subtils, Dananananaykroyd compense par son énergie débordante et sa bonne humeur permanente qu’ils nous envoient narquoisement à la figure dès la première piste. Autant l’admettre, difficile de ne pas se laisser emporter par la déferlante de riffs et de cris de jouissance sur les morceaux les plus nerveux de l’album, Pink Sabbath et Totally Bone en tête. Les morceaux plus apaisés, et c’est un bien grand mot, voyagent du côté de groupes tel que Ra Ra Riot sans en égaler la finesse d’écriture et on leur préfère assez vite ceux promettant les meilleurs pogos des festivals de l’été, du furtif mais furieux One Chance au phénoménal Some Dresses.

Au final si beaucoup de chansons se laissent apprécier, l’écoute complète se révèle relativement lassante et on posera le disque quelques jours avant de le réécouter, de préférence le jour où un irrépressible besoin de se défouler nous prend. Et on se dit que le groupe mériterait plutôt une étiquette de « popcore », notion résumant rapidement leur musique et rappelant que comme le maïs soufflé, on s’en fait une rasade avec plaisir mais on n’en mangerait pas tous les jours.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Hey Everyone!
  2. Watch This!
  3. The Greater Symbol & The Hash
  4. Black Wax
  5. Totally Bone
  6. Pink Sabbath
  7. Infinity Milk
  8. One Chance
  9. Some Dresses
  10. 1993
  11. Hey James
  12. Song One Puzzle

La disco de Dananananaykroyd