"> Datarock - Datarock Datarock - Indiepoprock

Datarock Datarock


Un album de sorti en chez .

On le sait, la Norvège est un pays nordique, donc froid. Mais ce qu’on sait aussi depuis quelques mois, c’est que la Norvège est propice au réchauffement musical. Après Lindstrom et son disco spatial, nous avons ainsi découvert les excitants 120 Days qui ont dépoussiéré de belle manière le krautrock. Aujourd’hui, c’est au tour de Datarock […]

On le sait, la Norvège est un pays nordique, donc froid. Mais ce qu’on sait aussi depuis quelques mois, c’est que la Norvège est propice au réchauffement musical. Après Lindstrom et son disco spatial, nous avons ainsi découvert les excitants 120 Days qui ont dépoussiéré de belle manière le krautrock. Aujourd’hui, c’est au tour de Datarock d’éclore, un duo composé de Fredrick Saroea et Ketil Mosnes, tous deux fans affirmés des Happy Mondays, des Talkings Heads ou encore de Devo. Leur premier album laisse pourtant paradoxalement transpirer leurs influences funk, disco et electro.

Avec synthétiseurs en tous genres et boîtes à rythmes (la tendance à la mode), Datarock livre un formidable album qui risque malheureusement de passer inaperçu derrière les Justice, MSTRKRFT, Digitalism, Klaxons et compagnie. Pourquoi ? Sans doute parce que Datarock possède un goût prononcé et appliqué pour le kitsch. Mais pas le kitsch limité et calculé qui sert de faire-valoir et qui montre que l’on a des goûts autres que tendancieux, et donc modernes. Le kitsch, le vrai, qui déborde de partout, comme ces synthétiseurs vintages que même Gold n’aurait jamais osé utiliser sur See What I Care, ces accents folkloriques de Fa-Fa-Fa, tout droit sortis d’une grande kermesse créole sous acide, ces bafouillements primaires (ou aboiements, au choix) sur The New Song, ou encore le lyrisme pathétique d’I Will Always Remember You (en collaboration avec Annie) où Fredrik Saroea se prend pour Barry White.

Mais l’album ne s’arrête pas là, et l’autodérision laisse parfois la place à de superbes morceaux comme I Used To Dance With My Daddy, les ballades Ganguro Girl, Laurie et The Most Beautiful Girl, ou encore l’hypnotique technoïde Uggly Primadonna. Bref "Datarock Datarock" est un album riche, très riche, qui demande malgré tout de multiples écoutes pour en apprécier la juste valeur.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Bulldozer
  2. I Used to Dance with My Daddy
  3. Computer Camp Love
  4. Fa-Fa-Fa
  5. Princess
  6. Ganguro Girl
  7. See What I Care
  8. Laurie
  9. New Song
  10. Ugly Primadonna
  11. Sex Me Up
  12. The Most Beautiful Girl
  13. I Will Always Remember

La disco de Datarock

Red5
50%

Red