"> Fleet Foxes - Crack-Up - Indiepoprock

Crack-Up


Un album de sorti en chez .

8

Si l'été ne vous a guère été profitable pour déguster le nouveau Fleet Foxes, il est encore temps de l'apprécier a sa juste (et grande) valeur...

Parmi la flopée de retours qui aura inondé l’année musicale 2017, celui des Fleet Foxes, absents du circuit depuis « Helplessness Blues » (2011), aura été l’un des plus ardemment attendus. Même si, à la différence d’autres formations en sommeil depuis plus d’une décennie (voire deux), la troupe de Seattle ne sera pas restée si longuement inactive en termes comptables. Pourtant, ces quelques années de silence ont tout de même soulevé quelques interrogations sur la véracité d’un potentiel avenir du groupe, notamment suite au départ de Josh Tillman (a.k.a Father John Misty), parti tenter l’aventure sans équipage avec le succès que l’on lui connaît. La question était surtout de savoir comment les Américains allaient se comporter sur disque, le premier sans leur célèbre métronome mais toujours emmenés par l’âme créatrice et artilleur en chef Robin Pecknold.

Comme annoncé, ce dernier et ses comparses n’ont pas eu besoin de puiser loin en leur for intérieur pour distiller un superbe album de folk pastoral, eux les précurseurs modernes d’un genre épousant chants liturgiques et poésie au délicieux psychédélisme. Lancé sur orbite par trois impeccables singles (Third Of May/Odaigahara; Fool’s Errand; If You Need To, Keep Time On Me), à coup sûr les pièces les mieux armés de l’opus, cette troisième livraison est imprégnée d’une dose époustouflante de volupté, et ce quelques soient les titres ici réunis, de l’intro caverneuse du triptyque lui-même introductif I Am All That I Need/Arroyo Seco /Thumbprint Scar, en passant par le classieux final de Cassius- et jusque dans les derniers et délicats retranchements de l’éponyme Crack-Up. Comme une évidence, le socle harmonieux sur lequel l’ensemble est entièrement érigé est, bien évidemment, à souligner et à consommer sans modération, pour peu d’avoir gardé en mémoire les sublimes alliances de chœurs aériens et leurs divines mélodies des précédents albums, marque de fabrique que l’on retrouve avec un plaisir sans nom sur « Crack-Up ».

Néanmoins, les uniques terrains sur lesquels Fleet Foxes ont bousculé leurs préceptes sont les variations rythmiques, en masse et audibles sur une majeure partie des morceaux, offrant des saccades qui densifient, peut-être à tort, une tracklist déjà bien fournie. Un contenu riche, où l’impression de plusieurs titres en un est palpable d’entrée, qui a su dénicher des échos favorables juste après la sortie de l’album. La satisfaction est donc tangible et confirmée : les Fleet Foxes sont revenus avec de formidables intentions, tout en sauvegardant leur authenticité et une qualité de contenu irréprochable. Un retour à découvrir, savourer, écouter et réécouter avant une rentrée musicale qui s’annonce passionnante…

 

Community Manager
  • Publication 1 055 vues15 août 2017
  • Tags Fleet FoxesNonesuch
  • Titres recommandés Cassius, - Third of May / Ōdaigahara If You Need To, Keep Time On Me Fool's Errand
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. I Am All That I Need / Arroyo Seco / Thumbprint Scar
  2. Cassius, -
  3. - Naiads, Cassadies
  4. Kept Woman
  5. Third of May / Ōdaigahara
  6. If You Need To, Keep Time On Me
  7. Mearcstapa
  8. On Another Ocean (January / June)
  9. Fool's Errand
  10. I Should See Memphis
  11. Crack-Up

La disco de Fleet Foxes