"> Gonjasufi - A sufi and a killer - Indiepoprock

A sufi and a killer


Un album de sorti en chez .

Voilà un disque qui tombe plutôt bien et ce à plusieurs points de vue. Ce premier album de Gonjasufi, personnage obscur au look rasta qui vivrait dans le désert du Nevada, est en effet édité par Warp, label mythique de l’électro qui, à la fin des années 90, avait un peu viré sa cuti en […]

Voilà un disque qui tombe plutôt bien et ce à plusieurs points de vue. Ce premier album de Gonjasufi, personnage obscur au look rasta qui vivrait dans le désert du Nevada, est en effet édité par Warp, label mythique de l’électro qui, à la fin des années 90, avait un peu viré sa cuti en commençant à sortir des albums de folk, puis s’était carrément mis à la pop anglaise avec Maxïmo Park, sans véritablement réussir à installer ses nouvelles découvertes dans le paysage musical. "A sufi and a killer",  sorti de nulle part, brassage d’abstract hip-hop, de samples de soul et de musique psyché, renoue donc avec la tradition du label, dénicheur de l’avant-garde électro capable de plaire à tous les publics. Par ailleurs, c’est vrai que ce genre d’album faisait un peu défaut ces dernières années, l’électro s’étant souvent retranchée sur son pré carré sans imposer de talents capables de faire le crossover entre genres, ce qui était pourtant sa grande force au cours des années 90.

Difficile donc de décrire ce premier album de Gonjasufi de manière très précise puisqu’il se compose de pièces souvent courtes, qui sautent d’un style à l’autre au gré de samples langoureux (Sheep, She gone), qui lorgnent du côté de la soul des années 70, tandis qu’à d’autres, c’est parfois l’esprit de Jimi Hendrix, autre grande figure du crossover entre "musique blanche et musique noire" qui est convoqué (Suzie Q évoque assez précisément Crosstown traffic). Mais ce qui devient vite important, c’est que sur l’ensemble de l’album, la greffe entre tous ces éléments prend très bien, et que certains titres tel Holidays, à la fois pop et bluesy, ou Advice, en équilibre entre la pureté de son refrain et de ses notes de piano et une rythmique métronomique et implacable, sont de ceux que l’on grave immédiatement dans sa mémoire comme de grands moments.

Toutefois, s’il est clair que Gonjasufi constitue une des belles révélations de ce début d’année et qu’on hésitera pas à qualifier "A sufi and a killer" d’album réussi et convaincant, ce n’est pas un disque que l’on peut réellement qualifier d’intemporel et d’inclassable. Car s’il brasse allégrement styles et époques à travers ces samples, cet art du sampling à tout va a toutefois gagné ses lettres de noblesse avec DJ Shadow ou Tricky il y a de cela plus de dix ans, et c’est bien à ces glorieux aînés que "A sufi and a killer" fait penser. Ce n’est évidemment pas une tare, bien au contraire, mais quelques rappels sont parfois utiles.

Rédacteur en chef
  • Publication 231 vues25 mars 2010
  • Tags GonjasufiWarp
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Rebirth
  2. Kobwebz
  3. Ancestors
  4. Sheep
  5. She Gone.
  6. SuzieQ
  7. Stardustin
  8. Kowboyz&Indians
  9. Change
  10. Duet
  11. Candylane
  12. Holidays
  13. Love Of Reign
  14. Advice
  15. Klowds
  16. Ageing
  17. DedNd
  18. I've Given
  19. Made
  20. Dobermins

La disco de Gonjasufi