"> Grizzly Bear - Painted Ruins - Indiepoprock

Painted Ruins


Un album de sorti en chez .

7

Sans doute pas le meilleur qu'il ait publié, le groupe new-yorkais Grizzly Bear livre tout de même un cinquième album de belle facture...

Cinq ans que l’on était sans nouvelles des Américains Grizzly Bear, au sortir d’un quatrième album (« Shields ») qui, en tout point, à jusqu’ici trôné comme leur production la plus abouti par ses lumineuses envolées, puis conforté par la même occasion le groupe parmi les inamovibles étendards du rock-pop indé made in USA. C’est un fait, Grizzly Bear est entendu et attendu, comme à la lisière de cette cinquième sortie où les espoirs étaient réels quant à la probabilité de détenir à nouveau un grand album entre phalanges et oreilles.

Au-delà du plaisir sans nom de réentendre les timbres si distincts, mais complémentaires d’Ed Droste et Daniel Rossen, la mouture pop à l’intacte finesse d’exécution et sophistiquée dans ses abords rythmiques sont toujours légions. Pour autant, le groupe de Brooklyn s’est entiché, a contrario du dernier opus en date, à quelques ajouts électroniques (Sky Took Hold et l’excellent Three Rings en tête) histoire de pimenter les débats, et de (se) rappeler en passant que Grizzly Bear a aussi sa part, modique, mais établie, dans le monde de l’expérimental. L’affaire prend même ampleur à la lumière d’ambiances fascinantes qui enveloppent une majorité de pistes (Four CypressesAquarian, les premières notes de Glass Hillside) et que les protagonistes ont saupoudrées de mysticisme, conférant une couleur et une atmosphère singulière à l’ouvrage.

Néanmoins, en conséquence d’une homogénéité sans précédent ou bien, d’un cruel manque de stupéfaction à la découverte des différents morceaux de « Painted Ruins » (comme on l’eut été sur ses prédécesseurs avec, non exhaustivement,  KnifeOn a Neck On a Spit, Ready Able, While You Wait For The Others, Yet Again ou encore Half Gate…), aucun de ceux-ci ne ressortent véritablement du lot et n’accrochent pas aussi instantanément que les sus-cités. Qu’importe, si l’album demande en effet un temps d’acclimatation certain, quelques délectables moments s’inscrivent au programme, à l’instar des cordiales espiègleries de Losing All Sense, des faux-semblants gainsbouriens de Cut-Out ou du discordant Systole qui tranche totalement avec les requis de par son flow et ses utilisations vocales, à en croire même que Grizzly Bear n’est à l’origine de ce morceau. Il est pourtant bien à l’auteur de cet album aux élégantes facettes, qui sera loin de faire tache dans leur très belle discographie…

 

Community Manager
  • Publication 1 175 vues6 septembre 2017
  • Tags Grizzly BearColumbia
  • Titres recommandés Mourning Sound Three Rings Cut-Out Neighbors
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Wasted Acres
  2. Mourning Sound
  3. Four Cypresses
  4. Three Rings
  5. Losing All Sense
  6. Aquarian
  7. Cut-Out
  8. Glass Hillside
  9. Neighbors
  10. Systole
  11. Sky Took Hold

La disco de Grizzly Bear