"> I'm from Barcelona - Let me introduce my friends - Indiepoprock

Let me introduce my friends


Un album de sorti en chez .

7

Le soleil de Catalogne a semble-t’il tapé très fort pendant l’été 2005, suffisamment en tout cas pour qu’Emmanuel Lundgren oublie Jonkoping, la beauté froide suédoise, pour déclarer sa flamme à Barcelone, la belle catalane. Le leader de Valley Days peine à mettre son groupe sur les rails du succès et décide d’enregistrer deux chansons pop […]

Le soleil de Catalogne a semble-t’il tapé très fort pendant l’été 2005, suffisamment en tout cas pour qu’Emmanuel Lundgren oublie Jonkoping, la beauté froide suédoise, pour déclarer sa flamme à Barcelone, la belle catalane.

Le leader de Valley Days peine à mettre son groupe sur les rails du succès et décide d’enregistrer deux chansons pop hédonistes en compagnie de ses amis. Son appartement se transforme alors en laboratoire musical où déambulent des gens munis d’instruments divers (banjos, accordéons, kazoos, ukulélé). Cette fraternité débouche quelques mois plus tard sur la naissance d’un EP et l’organisation d’un concert exceptionnel qui réunit une vingtaine de membres ayant participé à son enregistrement.

Il ne restait plus qu’à donner un nom à tout ce beau monde et c’est une réplique récurrente d’un personnage de série télé (« l’Hotel en Folie », avec l’ex Monty Python John Cleese) qui va emporter la mise. Le contradictoire patronyme « I’m from Barcelona » allait donc épouser la cause de ce collectif suédois qui n’avait jamais mis les pieds en Espagne.

Leur premier album « Let me introduce my friends » voit le jour un an plus tard, toujours composé par Emmanuel Lundgren et toujours marqué par la présence de 29 membres. Porté par un single aussi efficace et entrainant que minimaliste (We’re from Barcelona), le groupe enfile les perles pop bubble-gum à la manière de leurs compatriotes des Wannadies. Si la toge ne fait pas partie de leur accoutrement (ils sont plutôt cols roulés, moustaches et grosses lunettes), les Suédois apprécient les choeurs nombreux et entêtants (Oversleeping, Rec & Play) à l’image des Texans de Polyphonic Spree.

Les morceaux pop acidulés qui parsèment l’album se marient à merveille avec le thème de l’enfance (Treehouse, This Boy,Chicken Pox) et ses réminiscences. l’amour fait également partie des préoccupations principales de la bande a Lundgren et notamment celui qu’ils vouent à leur nouvelle terre d’adoption (We’re From Barcelona et Barcelona loves you), ce qui leur a valu cet été un accueil triomphal au festival Primavera Sound.

Ce collectif éminemment sympathique joue une pop naïve et minimaliste qui dégage une joie de vivre contagieuse. Attention, une écoute prolongée peut provoquer un sourire durable et incontrôlable.

Chroniqueur