"> Iron & Wine - Our Endless Numbered Days - Indiepoprock

Our Endless Numbered Days


Un album de sorti en chez .

Un peu à l’image d’un Devendra Bahnart ou de Jolie Holland, voici un homme, Sam Beam, qui s’est fait remarqué grâce à une collection de chansons enregistrées chez lui, et sorties telles quelles par son label (Subpop tout de même). Peut être que cela correspond à une soif nouvelle pour le « vrai », le « brut de […]

Un peu à l’image d’un Devendra Bahnart ou de Jolie Holland, voici un homme, Sam Beam, qui s’est fait remarqué grâce à une collection de chansons enregistrées chez lui, et sorties telles quelles par son label (Subpop tout de même). Peut être que cela correspond à une soif nouvelle pour le « vrai », le « brut de décoffrage », très loin de MTV, ou des « Star Academy » et autres.

Hasard du calendrier, les trois pré-cités sort leur deuxième album respectif en même temps : 3 merveilles, pour 3 albums enregistrés avec des moyens plus conséquents, en studio.
On reparlera plus tard d' »Escondida » de Jolie Holland et de « Rejoicing the Hands » de Devendra Bahnart, mais pour le moment, place à la douce mélancolie d’Iron and Wine.

C’est assez agréable d’avoir l’impression qu’un musicien nous chante au creux de l’oreille, juste pour nous, ses petits secrets. Secrets bien gardés évidemment, musique hors-mode trop fragile pour survivre en milieu hostile, mais Sam Beam est comme cela, et le fait d’enregistrer son album en studio ne l’aura pas changé.
Comme fatigué du bruit du monde, il a pris le parti du chuchotement, de l’économie. Une guitare, un banjo, un piano…est c’est à peu près tout, plus sa voix et celle d’une jeune fille, toute aussi douce.

Et le charme opère une fois de plus, « Our Endless Numbered Days » est sans doute son plus beau disque jusqu’à ce jour, plus abouti et riche que « The Creek Drank the Cradle » et le « The Sea & The Rhythm EP », pourtant deux merveilles.
Parmi les merveilles présentes sur ce disque citons « Cinders and Smoke » longue ballade hypnotique, « Teeth In The Grass » et « Free Until They Cut Me Down », deux blues arides comme le désert, et pour finir, la plus belle « Each Coming Night », comme du Simon & Garfunkel joué avec un Banjo. Superbe.

Il faudra un jour voir sur scène Iron & Wine pour tenter de comprendre la genèse de ces chansons, si simples mais tellement profondes?manque de chance la tournée européenne ne passera pas par la France.

Seb
Chroniqueur

Tracklist

  1. On Your Wings
  2. Naked as We Came
  3. Cinder and Smoke
  4. Sunset Soon Forgotten
  5. Teeth in the Grass
  6. Love and Some Verses
  7. Radio War
  8. Each Coming Night
  9. Free Until They Cut Me Down
  10. Fever Dream
  11. Sodom, South Georgia
  12. Passing Afternoon