"> Jeffrey Lewis & The Junkyard - Em Are I - Indiepoprock

Em Are I


Un album de sorti en chez .

7

Jeffrey Lewis a un look d’adolescent et la voix nasillarde qui va avec, malgré ses trente balais bien passés. Grand fan de comic books, probablement admiratif  du fameux style d’Harvey Pekar et Robert Crumb sur American Splendor par exemple, c’est aussi un éplucheur averti de l’actualité. Il suffit pour cela de regarder ses vidéos diffusées […]

Jeffrey Lewis a un look d’adolescent et la voix nasillarde qui va avec, malgré ses trente balais bien passés. Grand fan de comic books, probablement admiratif  du fameux style d’Harvey Pekar et Robert Crumb sur American Splendor par exemple, c’est aussi un éplucheur averti de l’actualité. Il suffit pour cela de regarder ses vidéos diffusées sur le blog de Rough Trade, où il multiplie les collaborations avec Herman Düne ou encore Noah And The Whale, le tout précédé d’un petit interlude musical illustré de quelques vignettes qui a de quoi faire réfléchir, quand on suit un peu ce qui se passe dans notre monde de nos jours. Il diffuse même dans une vidéo ses planches qui racontent la biographie de Barack Obama, le tout en chanson. Devenu un spécialiste de l’histoire du communisme (grâce à ses chansons en plusieurs parties toujours accompagnées de comic books), il est bourré d’humour et intrigant.

Avec un Slogans nerveux, à la croisée des Shins et The Spinto Band, Jeffrey Lewis place le ton, il est plutôt du genre mauvais gars qui a déjà pondu une chanson humoristique qui n’aurait peut être pas plu à Bonnie ‘Prince’ Billy (puisque Jeffrey y raconte son agression sexuelle dans le métro par Will Oldham dans Williamsburg Will Oldham Horror sur « City Eastern Songs »). Mais qu’importe, avec son attitude nonchalante, son style bien à lui, Jeffrey Lewis est un compteur contemporain de talent, à l’écoute de Roll Bus Roll. Bavard, intelligent, nerd, il livre avec « Em Are I » (déjà cinquième de sa discographie) un album terriblement grisant et drôle, tantôt folk lo-fi, tantôt rock, tantôt grunge. Ce touche à tout est un vrai jongleur des mots (If Life Exists ?) et des instruments (guitares, ukulele, bidouilles, batterie). Country dans la plus pure tradition ; Broken Broken Heart et Whistle Past The Graveyard, donnent le relai à The Upside-Down Cross très jazzy et psyché ou Good Old Pig, Gone To Avalon juste parfaitement rock’n roll faisant penser aux Who. Dans cet amas d’influences et d’ambiances, les morceaux semblent bricolés, les planches semblent griffonnées, et le chant posé spontanément.

Voilà un album revendicatif qui crée la surprise en tout point. Jeffrey Lewis & The Junkyard (formation complète) livrent un folk-rock passionnant, intelligent, barré mais totalement dans ce que l’on attend de la musique : donner des points de vues et foutre un coup de pied dans la fourmilière. L’occasion de ressortir vos tee-shirts aux artworks provocateurs.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Slogans
  2. Roll Bus Roll
  3. If Life Exists (?)
  4. Broken Broken Broken Heart
  5. Whistle Past The Graveyard
  6. To Be Objectified
  7. The Upside-down Cross
  8. Bugs & Flowers
  9. Good Old Pig, Gone To Avalon
  10. It's Not Impossible
  11. Mini-Theme: Moocher From The Future

La disco de Jeffrey Lewis & The Junkyard