"> Jeremy Jay - Splash - Indiepoprock

Splash


Un album de sorti en chez .

"Elégant" est le terme qui définirait le mieux l’homme et sa musique. Il a tout du dandy, et bien qu’il soit américain ce nouvel album démontre une fois de plus que ses origines musicales sont situées en Grande-Bretagne. Il est en effet l’auteur d’une pop très classe jouée avec beaucoup de finesse, une sorte de […]


"Elégant" est le terme qui définirait le mieux l’homme et sa musique. Il a tout du dandy, et bien qu’il soit américain ce nouvel album démontre une fois de plus que ses origines musicales sont situées en Grande-Bretagne. Il est en effet l’auteur d’une pop très classe jouée avec beaucoup de finesse, une sorte de costume trois pièces où la voix, les mélodies et les textes sont parfaitement assortis. Mais attention, on ne s’y sent pas pour autant à l’étroit. Il suffit d’écouter le très sautillant Just Dial My Number et son piano dansant ou la très énergique guitare de Splash. Le jeune homme n’a pas qu’un seul ensemble dans sa garde robe : tantôt il revêt son costume de crooner des années 80 dans le style Morissey (Hologram Feather), tantôt c’est le complet du chanteur habité avec une voix froide comme Ian Curtis qu’il enfile, et parfois il lui arrive même de se travestir en Lou Reed (A Sliver of a Chance).
 
Tout ceci est donc très esthétique mais avec une petite touche de nonchalance qui donne du charme et surtout de la personnalité à la musique du californien. Il y a beaucoup de légèreté dans sa façon de chanter ses mélodies comme par exemple ses fredonnements pour terminer ses morceaux ou sa manière de chantonner (As You Look Over The City).
 
On regrette alors la durée du disque que l’on trouve trop courte (même pas 30 minutes). On a même l’impression d’un album incomplet mais on sait que Jeremy Jay a annoncé un successeur à ce « Splash » pour la fin de l’année. On a attend donc avec impatience cette nouvelle production pour se replonger dans l’univers velouté du dandy.

Chroniqueur

La disco de Jeremy Jay