"> Julien Pras - Shady Hollow Circus - Indiepoprock

Shady Hollow Circus


Un album de sorti en chez .

7

En ex-leader de Calc désormais impliqué dans un tas de side projects, comme récemment au sein du groupe Mars Red Sky ou prochainement en soutien de Luis Francesco Arena, Julien Pras nous revient aujourd'hui pour son deuxième album solo.

En ex-leader de Calc désormais impliqué dans un tas de side projects, comme récemment au sein du groupe Mars Red Sky ou prochainement en soutien de Luis Francesco Arena, Julien Pras nous revient aujourd’hui pour son deuxième album solo. Après une première mise à nu de sa personne en 2010 sur le sobre et efficace « Southern Kind of Slang », dont on se rappelle encore le charme inoxydable du single « The Sweetest Fall », le bordelais s’est pleinement investi pour nous offrir en cette rentrée 2013 une suite dopée par une ambition nouvelle. Sur « Shady Hollow Circus », du nom du quartier américain dans lequel il a vécu très jeune avec sa famille, davantage de moyens ont été déployés, procurant une atmosphère particulière à un album qui s’articule autour de thèmes et de sonorités récurrentes. Difficile toutefois d’échapper une nouvelle fois au rapprochement évident avec le répertoire d’Elliott Smith, tant la filiation est par moment étroite, qu’il s’agisse de comparer les attributs vocaux de l’un et l’autre ou de leur rapport à la guitare. Aussi habile dans l’utilisation du picking que dans l’élaboration d’arrangements un peu plus musclés, Julien Pras exploite son aisance mélodique restée intacte pour la mettre au service de quelques compositions au climat quelque peu tourmenté. Ainsi, et même si l’introductive Seven More Hours inaugure le disque sur une note parfaitement lumineuse, nombreux sont les moments forts qui laissent s’infiltrer un soupçon d’inquiétude et une part de fantastique dans l’air ambiant : Angel of Mercy et ses choeurs omniprésents, Radio Silence et Funeral Mute et leurs guitares quelque peu stridentes en arrière-plan ou Missionary Run et son violon solennel. Soit une poignée d’exemple extraits d’un ensemble instrumental plutôt complexe qui donne du corps à ce deuxième opus et lui octroie une véritable identité. Une réussite en somme et un album qui parvient aisément à se démarquer de la posture 100% folk de son prédécesseur, ne demandant qu’à se laisser apprivoiser pour mettre en valeur l’étendue de ses nuances et apparaître petit à petit comme le disque pleinement abouti qu’il est.

Pol
Chroniqueur

Tracklist

  1. Seven More Hours
  2. Angel of Mercy
  3. Radio Silence
  4. Funeral Mute
  5. Ghost Patrol
  6. Missionary Run
  7. White Lies
  8. Here on the Moon
  9. Join the Dots
  10. Daily Battles
  11. Shady Hollow Circus
  12. Watchman Blues
  13. Crawl Across the Walls - Bonus Track

La disco de Julien Pras