"> Kaiser Chiefs - Off with their Heads - Indiepoprock

Off with their Heads


Un album de sorti en chez .

Par les temps qui courent, la scène rock internationale semble peiner à trouver un nouveau souffle, une énième incarnation. Pour preuve, les disques intéressants en 2008 ont été des disques-ovnis, en marge des courants et défiant les classifications. Dans ce contexte, le groupe Kaiser Chiefs fait déjà figure de revenant : témoin d’un époque paraissant déjà […]

Par les temps qui courent, la scène rock internationale semble peiner à trouver un nouveau souffle, une énième incarnation. Pour preuve, les disques intéressants en 2008 ont été des disques-ovnis, en marge des courants et défiant les classifications. Dans ce contexte, le groupe Kaiser Chiefs fait déjà figure de revenant : témoin d’un époque paraissant déjà lointaine, celle du médiatique « retour du rock couillu ». Une époque où des groupes comme The White Stripes et Interpol déchaînaient les passions.
 
Arrivés en queue de peloton en 2005, alors que cette mode commençait à traîner en longueur, le groupe a cependant su marquer des points grâce à une réputation de tuerie scénique et surtout grâce à l’accrocheur Everyday I love you less and less. Si premier album se révélait intéressant par moments, l’ensemble était trop inégal pour qu’on puisse se prononcer avec certitude sur le potentiel du groupe. Le deuxième album, quant à lui, avait plutôt déçu.
 
Ce troisième disque, sorti fin octobre, semble confirmer ce déclin. Certes, il y a des mélodies sympathiques et de l’énergie à revendre. Mais rien de très novateur, ou d’aussi accrocheur que les premiers singles. Et même après plusieurs écoutes, une fois que le disque s’arrête, on a du mal à se remémorer ce qu’on vient d’entendre. D’un autre coté, c’est un disque globalement agréable, il n’y a rien dont les auteurs puissent avoir honte, pas de défaut majeur et rédhibitoire. Signalons que le groupe semble avoir légèrement infléchi sa démarche, se montrant sur certains morceaux plus pop et moins « brut-de-décoffrage » qu’auparavant. On remarquera aussi quelques touches beatlesiennes (par moment le chant évoque John Lennon).
 
Que dire de plus ? Kaiser Chiefs ne restera pas dans les mémoires comme le groupe de la décennie. Peut-être plus avec l’étiquette de « One hit wonder »…

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Spanish Metal
  2. Never Miss a Beat
  3. Like It Too Much
  4. You Want History
  5. Can't Say What I Mean
  6. Good Days Bad Days
  7. Tomato in the Rain
  8. Half the Truth
  9. Always Happens Like That
  10. Addicted to Drugs
  11. Remember You're a Girl
  12. Never Miss a Beat - Cut Copy Remix

La disco de Kaiser Chiefs