"> L' Atelier - Buffet des anciens élèves - Indiepoprock

Buffet des anciens élèves


Un album de sorti en chez .

Une fois n?est pas coutume, je ne parlerai pas d?indie, ni de pop, ni de rock dans cette chronique. Et pour ne pas froisser la successibilité de mes petits camarades, j?utiliserai le ?je? qui n?impliquera que ma personne et ne remettra pas en cause leur qualité de puristes? Tout s?est joué en une semaine à […]

Une fois n?est pas coutume, je ne parlerai pas d?indie, ni de pop, ni de rock dans cette chronique. Et pour ne pas froisser la successibilité de mes petits camarades, j?utiliserai le ?je? qui n?impliquera que ma personne et ne remettra pas en cause leur qualité de puristes?

Tout s?est joué en une semaine à peine. Un ami me ramène en caisse. Il met la compilation bilan de l?année 2003 des Inrocks. Je regarde un peu les titres, des groupes en « The », des trucs quand même pas mal et en toute dernière position, plage 15, un groupe au titre énigmatique et non moins caustique : Le hip-hop c?est mon pote. Mon pote envoie le morceau et là surprise un truc assez barré au refrain efficace « Le hip-hop est mon ami / moi aussi, moi aussi / le hip-hop est notre ami commun / Dans le rap on est tous copain ». Résultat, je passe par erreur chez Virgin, m?empare de l’album de L?Atelier, un album décalé.

L?Atelier c?est quoi ? Six mecs un peu (voire complètement) jetés, qui se retrouvent autour d?un « Buffet des anciens élèves » et réalisent un album qui hérissera les sectaires du genre mais ravira les autres. Moins surpris lorsque l?on voit qui fait partie de l?équipe : des membres de TTC, du Klub des Loosers ou de Lex Records ; des atypiques dans un style par trop souvent cloisonné.

Des ambiances très electro, -nica ou chiptunes, des beats secs, ambiances inquiétantes (La Fête De La Musique), asiatiques (Je Pense Cependant Qu’on Approche) et interludes débridés, pour un rap qui n?a pas peur de critiquer ses dérives, « le hip-hop était mon pote, jusqu?au jour où je l?ai vu se la raconter, avec du champagne et des mannequins, dans un clip pourri de r?n?b / après je lui en voulais trop / mais en fait il n?était pas lui / – ah bon bah ça va alors? », et de se moquer de lui-même, « Le hip-hop c?est trop mon pote mais j?ai des doutes avec sa sexualité / Tant il s?accorde mal avec la féminité ». Humour incisif, où toute phrase débitée est susceptibles de vous assassiner.

Sans négliger ni le fond, ni la forme, ni les mots, ni le flow, L?Atelier réalise un premier album ludique, avant-gardiste, et bien plus percutants que de nombreuses sorties du genre, appuyant là où ça fait mal. C?est là que c?est bon?

Chroniqueur

La disco de L' Atelier