"> Les Marquises - La Battue - Indiepoprock

La Battue


Un album de sorti en chez .

7

Les Marquises explorent de nouvelles contrées mystiques.

Les Marquises fêtent cette année leurs 10 ans d’existence, l’expérience (le mot n’est pas choisi au hasard) ayant pris son envol en 2010 autour du lyonnais Jean-Sébastien Nouveau. Le groupe est à géométrie variable, mais pour cet album, les intervenants extérieurs sont moins nombreux qu’à l’habitude.

Plus accessible que les anciennes productions, « La Battue » laisse un peu de côté les sons tribaux qui faisaient la caractéristique des Marquises. Même si ce pan n’est pas totalement écarté. « La Battue » se présente presque comme une messe, à laquelle on se doit d’assister du début à la fin. Avec tous ses codes , ses pauses, ses moments de tension.

Le morceau d’ouverture, Bare Land, uniquement instrumental, est comme une cloche, un appel des troupes. Il annonce ce qui va suivre et nous exhorte à nous concentrer sur la musique, uniquement sur les sons qui nous entourent.

La Battue et The Trap expriment le renouveau dont on parlait un peu plus tôt. Les morceaux semblent plus construits, leurs structures et leurs contours sont plus faciles à délimiter et à déterminer que par le passé. Même si les rythmiques ont toujours un petit quelque chose de sauvage, on entrevoit des sonorités qui tendent vers le psychédélisme. Il faut aussi  noter que les textes psalmodiés par Jean-Sébastien Nouveau, seul au chant, n’y sont pas étrangers. Cette façon de délivrer ces complaintes, en anglais, immerge assez rapidement l’auditeur.

Older Than Fear, ultra minimaliste, casse tous les codes prédéfinis. Difficile de classer ce morceau tant il est hors du temps, hors du rythme, hors de tout finalement.

Avec Shape the Wheel, et surtout Head As A Scree, c’est la part belle aux claviers qui est faite. Juste avant que n’arrive White Cliff. Là encore le groupe expose sa capacité à surprendre, le morceau sonnant presque mainstream au milieu des autres. Hosts Are Missing vient ensuite ajouter une touche drum’n’bass à l’album. Comme pour explorer une nouvelle facette de la musique, nous proposer un nouveau point de vue.

Pour conclure, Once Back Home, comme son nom l’indique, impose le retour sur Terre. Musique clairement religieuse, qui sonne la fin du périple.

Ecouter « La Battue », c’est assurément se lancer dans une odyssée sonore particulière. Plus que ça même. C’est prendre le chemin qu’un gourou nous aurait tracé, et le suivre aveuglément, tout en ne sachant rien de la destination. Le visuel de l’album est d’ailleurs une indication avant même d’avoir écouté les premières notes. Ce personnage mystérieux, dont la vue est masquée, sait lui aussi qu’il faut parfois se laisser aller, sans réfléchir. Juste parce que c’est beau… et parce que le compositeur en a décidé ainsi.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Bare Land
  2. La battue
  3. The Trap
  4. Older Than Fear
  5. Shape the Wheel
  6. Head as a Scree
  7. White Cliff
  8. Hosts Are Missing
  9. Once Back Home

La disco de Les Marquises