"> Liz Green - Haul Away ! - Indiepoprock

Haul Away !


Un album de sorti en chez .

7

Pop-folk jazzy rétro, joie nostalgique, le tout dans une voix unique.

Il n’est pas toujours acquis de réussir à toucher un auditoire en recyclant des schémas musicaux déjà fortement écumés. Liz Green, de toute évidence, ne révolutionne pas l’histoire de la musique. Mais là où un Moriarty fait office de musique jetable, sympa mais, sitôt écouté, sitôt oublié ou presque, elle apporte un supplément d’âme indéniable. L’évocation de Moriarty dans cet article n’est pas anodine tant les similitudes de style sont flagrantes : voile jazzy sur une folk très soft/classy semblant sortir d’une Nouvelle Orléans d’une autre époque.

Là où Liz Green se démarque, c’est avant tout par une voix à forte personnalité, jamais forcée et pourtant particulièrement puissante. L’écoute est d’ailleurs assez marquante pour cela, dans un style où la « fragilité à fleur de peau » et autre « voix fluette monotone » sont souvent mises en exergue comme un étendard, une sorte de label AOC de la folk féminine, Liz semble être en contrôle constant de son organe vocal, comme un lion dans sa cage, nous occasionnant, par quelques moments de grâce ultime, la libération de notes divines.

Mais s’arrêter à la voix, si grandiose soit-elle, de la dame ne serait pas rendre justice à l’énorme travail de composition dont celle-ci profite. Encore une fois, c’est par le contraste que Liz Green donne à sa pop folk une couleur particulière et attachante. Des violons à la limite du gothique répondent à des pianos très « saloon », sur fond de lignes de guitares « Reinhardtiennes » le tout sur un rythme tout en maîtrise sans être désincarné.

Ces multiples touches classieuses font de ce « Haul Away » un album traversé par une mélancolie enjouée, à aucun moment on n’est happé par un sentiment fort, on se laisse plutôt bercer par une ambiance légère. L’approche quelque peu théâtrale de l’interprétation confère de la profondeur à l’ensemble sans jamais alourdir le propos.

Alors oui, faute de donner un coup de pied rageur aux structures de sa famille musicale, Liz Green y apporte une caresse emprunte de toute la douceur d’une mère aimante à son enfant. « Haul away » prend la forme d’un accomplissement artistique, un aboutissement naturel d’une artiste talentueuse et profonde qui s’épanouit dans un style qui ne semble n’avoir attendu qu’elle.

S’il ne devait rester qu’un titre : Penelope.

Webmaster

La disco de Liz Green

Haul Away !7
70%

Haul Away !