"> Love Is All - Nine Time That Same Song - Indiepoprock

Nine Time That Same Song


Un album de sorti en chez .

Après l’échec de Girlfriendo, les suédois de Love Is All se sont reformés avec une violente envie de nous faire danser sur les rythmes survoltés et savamment efficaces, entre punk et dance, de leurs neuf morceaux. "Nine Time That Same Song" – avec un tel titre, on pourra dire que le groupe nous aura prévenu, […]

Après l’échec de Girlfriendo, les suédois de Love Is All se sont reformés avec une violente envie de nous faire danser sur les rythmes survoltés et savamment efficaces, entre punk et dance, de leurs neuf morceaux. "Nine Time That Same Song" – avec un tel titre, on pourra dire que le groupe nous aura prévenu, pourtant l’ensemble de l’album n’est pas si uniforme que ça.
 
Les morceaux de Love Is All reposent sur une formule dorénavant connue : des guitares étouffantes aux rythmiques ciselées et syncopées, une voix très sucrée/salée façon Bikini Kill, des basses plus portées sur la mélodie et piochant allégrement dans le répertoire de Peter Hook. En plus de ces fondations, le groupe a la bonne idée d’ajouter un saxophone que l’on croyait perdu à tout jamais au fin fond des années 80. Leur premier morceau Talk Talk Talk Talk applique à la lettre le programme de Love Is All, et à peine a-t’on entendu les premières notes que l’on sent déjà dans nos hanches comme une envie de danser. Dès le deuxième titre, Ageing Had Never Been His Friend, difficile de résister plus longtemps, on saute déjà dans tous les sens avec le fol espoir de pouvoir un jour entendre un tel morceau dans une soirée où l’on s’ennuierait un peu trop.
 
Fort heureusement, le disque présente quelques accalmies pour que l’on puisse reprendre son souffle, comme le très 60’s Turn the Radio Off, ou encore avec le faussement calme Make Out Fall Out Make Up qui finira par décoller sur une rythmique à la Talking Head. Neuf fois la même chanson, mais elle fait à chaque fois mouche avec une précision diabolique. De quoi nous faire pardonner Turn The TV Off qui recopie allégrement Atmosphere de Joy Division.
 
On avait pris la mauvaise habitude de croire que les disques suédois étaient exclusivement gorgés d’ambiance un peu trop sage et acoustique, alors que certains groupes, comme Love Is All, n’hésitent pas à flirter avec les Riot Grrrrls. On n’a pas fini de transpirer abondamment après avoir été poussé sur le dance-floor.

Chroniqueur

La disco de Love Is All