"> Lullatone - Little songs about raindrops - Indiepoprock

Little songs about raindrops


Un album de sorti en chez .

Vous êtes vous déjà demandé ce que pouvait bien faire votre ordinateur, seul, la nuit, pendant que vous dormez ? Peut-être rêve-t-il d?un top-modem au fuselage sensuellement carré et aux longues prises fines ? Ou peut-être se connecte-t-il en cachette sur la toile pour visiter des sites de rencontres pour appareils ménager, le processeur chauffé […]

Vous êtes vous déjà demandé ce que pouvait bien faire votre ordinateur, seul, la nuit, pendant que vous dormez ? Peut-être rêve-t-il d?un top-modem au fuselage sensuellement carré et aux longues prises fines ? Ou peut-être se connecte-t-il en cachette sur la toile pour visiter des sites de rencontres pour appareils ménager, le processeur chauffé à blanc par une machine à croque-monsieur sacrément allumeuse ?

Mon ordinateur était quant à lui un insomniaque invétéré. Il passait ses nuits à compter les « I » et les « 0 » pour s?éteindre mais sans succès. Alors, le jour où j?ai reçu ce « Little songs about raindrops » de Lullatone, j?ai tout de suite pensé à lui. Depuis, chaque soir avant de monter me coucher, je lui passe cet album qui l?envoie au pays des songes en un ronronnement de ventilateur.

Après un « Computer Recital » effectivement fort computationnel sorti en 2003 chez Audio Dregs, Shawn James Seymour aka Lullatone nous rappelle à l?ordre avec une nouvelle ?uvre signée chez les japonais de Plop (Hashimoto, Sora, Fonica, etc.). Justement basé au pays du soleil levant depuis quelques temps, cet américain possède désormais cette petite touche electro-féerique typiquement nippone qui est si chère au label Plop. Voilà sans doute une des raisons pour lesquelles « Little songs [?] » donne un visage plus poétique que son prédécesseur.

Jonché d?instruments amusants qui ne sont autres que des jouets pour enfants et de petites mélodies de boîtes à musique, ce disque fourmille de berceuses électroniques attachantes. « Yesterday » par exemple, par la présence de sa voix féminine retravaillée se donne des faux airs de Nobukaza Takemura. Carrément impressionnantes sont les paroles de « pitter-patter interlude » qui sonne plus ou moins comme ceci : « When the rain goes down, I can hear the sound pitter-patter, splich-splach, tip-top, tip-top, splich-splach, pitter-patter [?] », s?en suit un solo de xylophone au moins aussi magistral. Chocolat sur l?oreiller, la participation de plusieurs invités de la trempe de Keiichi Sugimoto (Fonica, Minamo), Yusuke Asano (Asana), Yoshimi Tomida et autres.

Un album qui satisfera plus que certainement les amateurs de Lullatone et de Plop. Et comme le chantait si sauvagement Melody : « Y?a pas que les grands qui rêvent », y?a aussi les ordinateurs?

Chroniqueur
  • Publication 192 vues26 août 2004
  • Tags LullatonePlop
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. My Petit Prelude
  2. Yesterday
  3. Wake up Wake Up
  4. Leaves Falling
  5. Puddles on the Playground
  6. Morning Coffee
  7. Afternoon Nap (For Pets)
  8. Pitter Patter Interlude
  9. Drip Drops Jumping on an Umbrella
  10. A Miniature Finale