"> Mac DeMarco - Rock And Roll Night Club - Indiepoprock

Rock And Roll Night Club


Un album de sorti en chez .

7

Le premier album lo-fi, séduisant et un peu inquiétant de Mac DeMarco : l'éclosion d'un personnage, à n'en pas douter !

Mac DeMarco est un météore, surgi d’on ne sait vraiment où et qui s’est ingénié en quelques mois à brouiller tous les repères, à travailler dans d’innombrables directions, toujours sur la route – où ses performances live défraient, semble-t-il, la chronique. On ne sait pas encore où il va aller et lui-même n’en a certainement pas la moindre idée ; pour tout dire on ne sait pas non plus pendant combien de temps on pourra le suivre mais une chose est sûre : un vrai personnage a fait son entrée dans la scène rock et pop. A une époque où la normalisation à outrance des styles, des sons, des méthodes de communication, nous condamne à subir sans fin une longue litanie de démarches marketing standardisées, aseptisées, prévisibles du début jusqu’à la fin, voir ce gamin rigolard se vautrer allègrement sur toutes les conventions est une véritable bouffée d’air frais. Encore faut-il que le talent suive…

A l’écoute de ce premier et bref album (d’ailleurs présenté comme un EP), il ne fait aucun doute que Mac DeMarco a déjà bien de choses à proposer : outre une certaine audace (ou insouciance, au choix), ce jeunot a des idées (bonnes) et des chansons (également bonnes). Le tout avec un petit supplément de folie pas si douce qui fait que « Rock And Roll Night Club » déstabilise et dérange autant qu’il séduit. Les chansons sont construites autour de mélodies qui pourraient être sans aspérités mais elles sont jouées sur une guitare à l’accordage au mieux laxiste, agrémentée d’effets qui en accentuent la fausseté. Surtout, au-delà de l’aspect évidemment lo-fi du son et de l’interprétation, les premières écoutes s’accompagnent de l’impression tenace qu’il y a comme « un truc qui cloche ». La raison en est en fait très simple : lo-fi, ces chansons le sont puisqu’elles ont été enregistrées sur un 4-pistes avec un matériel bas de gamme. Mais outre les limites techniques de l’enregistrement, Mac DeMarco a choisi de ralentir la vitesse des bandes, de sorte que même lorsqu’il s’appuie sur une écriture somme toute classique, ses morceaux semblent étrangement dysfonctionnels, détraqués, claudiquants. Sa voix, se retrouvant dans un registre plus grave que sa tessiture naturelle, se retrouve elle aussi voilée du même décalage torve qui peut prendre un aspect légèrement inquiétant comme sur Baby’s Wearing Blue Jeans.

Sur le plan de l’écriture, cette même chanson représente la meilleure réussite d’un album de bonne tenue mais inégal : les compositions les plus réussies sont clairement placées en tête de gondole et la seconde moitié du disque est un ton en dessous. Sur l’ensemble du disque, quelques références slacker viennent immanquablement à l’esprit ; on pense souvent au Range Life de Pavement, surtout sur She’s Really All I Need. Certains morceaux évoquent également, de façon plus surprenante, quelques standards new-wave britanniques comme le Dance With Me des Lords Of The New Church. DeMarco n’est certainement pas aussi déjanté que Stiv Bators (et on lui souhaite d’ailleurs de ne pas subir le même destin) mais sa façon matoise de tordre les règles de la pop en ajoutant une bonne couche de déviance s’en rapproche.

« Rock’n’Roll Night Club » recèle autant de questions que de promesses et l’on s’attache vite à la personnalité étrange de son auteur. C’est bien la principale qualité de ce premier effort : celui de révéler un véritable caractère, une singularité qui s’éloigne suffisamment des routes balisées pour que l’on ait envie de suivre plus avant cet artiste.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Rock and Roll Night Club
  2. 96.7 The Pipe
  3. Baby's Wearing Blue Jeans
  4. One More Tear To Cry
  5. European Vegas
  6. 106.2 Breeze FM
  7. She's Really All I Need
  8. Moving Like Mike
  9. Me and Jon Hanging On
  10. I'm A Man
  11. Only You
  12. Me and Mine

La disco de Mac DeMarco

Another One
0%
This Old Dog6
60%

This Old Dog

27
70%

2