"> Minks - Tides End - Indiepoprock
Minks - Tides End

Tides End


Un album de sorti en chez .

9

Sonny Kilfoyle, l'homme qui se cache derrière Minks, est-il le maître d'oeuvre de la résurrection pop, digne héritier de New Order ?

En 2011, le jeune prodige américain sortait « By The Hedge », sorte de consécration postpubaire d’un adolescent nonchalant qui découvre le shoegazing. Avec « Tides End », il n’en est rien, Minks a mûri et nous offre dix titres d’une pop plus que séduisante, oscillant entre déchaînement lunaire et spleen mi-pop, mi-shoegaze.

Si Peter Hook a jeté une oreille sur « Tides End », il doit se dire en entendant les lignes de basse qu’il élabore des airs dans son sommeil et que Sony Kilfoyle a placé un micro dans sa chambre pour les lui piquer. Les compositions paraissent simples, voire innocentes, mais la voix de Kilfoyle et les mélodies les rendent plus soutenues et déchirantes. A vrai dire, on pourrait penser que Minks fait du neuf avec de l’ancien, mais à la réflexion, il pourrait s’agir d’une renaissance merveilleuse d’un style dicté par New Order.   Contrairement à d’autres, nous ne nous permettrons pas de comparer Sonny Kilfoyle et Lawrence Hayward (Felt, Denim) même si l’écriture semble similaire. Oui, Minks propose ici une espèce de revival eighties mais le spleen qu’il injecte dans ses morceaux, il en est le seul responsable.

Pour autant, il ne faudra pas abuser de Minks, ne pas le jouer en boucle sur son lecteur numérique mais le laisser mûrir pour mieux l’apprécier à chaque écoute dans les mois à venir.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Romans
  2. Everything's Fine
  3. Margot
  4. Playboys of the Western World
  5. Weekenders
  6. Painted Indian
  7. Hold Me Now
  8. Doomed and Cool
  9. Ark of Life
  10. Tide's End

La disco de Minks

Tides End9
90%

Tides End