"> Molécule - 60°43' Nord - Indiepoprock

60°43′ Nord


Un album de sorti en chez .

7

Poésie conceptuelle et art total, Molécule s'est voulu ambitieux et livre une oeuvre touchante

Vivre soi-même des expériences fortes et marquantes restera toujours le moyen le plus « simple » de produire une oeuvre puissante, déstabilisante. Molécule, homme de machines, s’est lancé dans une aventure totale avec ses yeux d’humains avant de filtrer ses sensations par sa démarche artistique et le résultat s’en trouve à la fois touchant et percutant.

Romain Delahaye se pare du patronyme Molécule au milieu des années 2000 pour pratiquer son electro dub avec un minimum de renommée. Par contre, peu baignés que nous sommes par cet univers, c’est en entreprenant le projet « 60°43′ Nord » que le DJ s’est signalé à nous. Breton d’origine, l’homme garde une relation particulière à la mer, une relation qui lui donne envie de la connaître au mieux, pas de l’affronter, mais d’aller en capter les profondes respirations. C’est dans cette démarche qu’il entreprend un voyage au bord du mastodonte métallique qu’est le Joseph Roty II, bateau de pêche qui invite donc notre homme à vivre les tourments de l’Atlantique Nord pendant 5 semaines.

En est donc sorti un diptyque livre / album paru début 2015 (vinyle édité pour le disquaire day en avril). Essentiels à la perception du propos de l’artiste, les mots et les sensations littéraires s’entremêlent à merveille avec les ambiances sonores de l’album. Le lecteur auditeur va se laisser bercer par ces images mentales de confinement, de grisaille métallique tantôt léchées, tantôt tourmentées au gré des flux qui vont en guider leurs pas. Car oui, premier élément parfaitement retranscrit, la fluidité, l’impossibilité de rupture malgré nombre de climats antinomiques. Baignant dans un oxymore permanent, Molécule écrit, je cite, une musique où s’interpénètrent douceur et dureté, souplesse et force dans une légèreté entêtante… jusque dans des détails : celui du rond et du pointu ou encore du moelleux et du dur. Ce qui est frappant, c’est que le bateau et la mer (tant dans les sonorités que dans le récit) s’échangent fréquemment les rôles. En phase de tempête c’est bien la mer qui frappe, qui semble exiguë qui impose les frontières, c’est elle qui symbolise la dureté et les coups, quand le bateau montre sa puissance, présente un appui rassurant, et ferait presque office d’arc-en-ciel scintillant fasse au monochrome blanc qu’offrent les flots déchaînés. À d’autres moments, en mer moins agitée, les rôles s’inversent et le navire impose son confinement terne, zombifiant l’artiste qui se morfond plus qu’il ne s’implique, en attendant qu’on redonne en lui la place à ce géophone des mers.

On percevra bien plus franchement dans le livre la dérive lente de l’homme, de sa soif de l' »action », de la profusion de sons, symbolisées par l’excitation des rythmiques chiffrées (vents force 3 5 7 9, 80 noeuds) vers la gratitude du calme. Au prix d’anecdotes, que l’on vous laisse découvrir, l’artiste glisse lentement vers une démarche plus humaine, qui va permettre d’intégrer pleinement ce qu’est la mer et la vie en mer, sans jugement de valeur, mais toujours avec son regard poétique. Fort de cette approche plus globale, l’album suivra les digressions de cette aventure, comme en attestent ces deux derniers extraits qui semblent traduire au mieux l’expérience humaine au centre de la démarque artistique de ce projet: suivront les notes à mesure que le terrain se fertilise[…] Entre attentes et reprises, mon rythme est calqué sur celui des marins. Un parallélisme qui perdure depuis l’embarquement.

« 60°43′ Nord » est un projet d’une grande ambition, traduisant une qualité technique et artistique de Molécule clairement hors pair. Proprement inclassables, si ce n’est qu’il s’agit de musique électronique, l’humanité, la marginalité et le but de ce projet ramènent à l’utrascore de Chassol. Les ambiances sont bien plus triturées, bien plus produites, ce qui en fait un objet différent, mais la réussite est clairement la même.

L’expérience a fait l’objet d’un reportage, non, ce n’est pas Tracks, mais… Thalassa!

Webmaster

La disco de Molécule

-22.7°C10
100%

-22.7°C

60°43′ Nord7
70%