"> Mourn - Self-Worth - Indiepoprock

Self-Worth


Un album de sorti en chez .

8

Nouvel album du combo de Barcelone, cette fois-ci en trio.

C’était en 2015, ils étaient quatre, et tous mineurs, signe distinctif de ce groupe de Barcelone qui a eu le mérite de mettre l’Espagne sur la carte du rock. Portés par leur fougue, qui a tout de suite suscité l’intérêt, le groupe a enchaîné avec deux disques supplémentaires en 2016 et 2018. Vite, trop peut-être, car si la spontanéité et la montée de sève sont des vertus importantes quand on fait du rock à guitares, il n’est pas interdit non plus de prendre parfois un peu de recul et, aussi, de souffler. Conséquence, aujourd’hui, de quatre, le groupe est passé à trois membres, qui se retrouvent désormais entre filles. Détail à la fois important et anecdotique.

Moins anecdotique, c’est l’aveu de Jazz Rodriguez Bueno, voix et guitare du groupe, qu’elle a commencé à ressentir des symptômes de dépression, sans avoir toutefois su au départ mettre un nom dessus. La preuve peut-être que tout allait un peu trop vite et qu’il était temps d’appuyer sur la touche pause, ne serait-ce que le temps de quelques mois.  « Self-Worth », et c’est le premier élément qui rend cet album intéressant, est, dans sa forme et son écriture, le récit d’une inquiétude impalpable, les chansons ayant été écrites avec, pour Jazz, le sentiment que quelque chose n’allait pas sans savoir ce que c’était. Et l’enregistrement du disque est devenu un défi, le but étant de réussir à retranscrire ce sentiment dans le résultat final et de faire de « Self-Worth » une sorte de journal intime d’émotions. Mais en grandissant et en évoluant, ne serait-ce que par la force des choses, le groupe a pris ce fameux recul qui leur manquait encore. Si l’album s’intitule « Self-Worth », ce n’est en rien anodin. Car c’est un disque qui, par son existence-même, démontre qu’il faut surmonter les épreuves et, pour ce faire, ne compter que sur soi-même et se convaincre de sa propre valeur.

Conséquence, si l’album déborde d’urgence, de morceaux déclamés toutes guitares dehors, exprime de l’anxiété, de la frustration et de la colère, c’est aussi l’album le plus pop de Mourn. Certains y verront une façon d’arrondir les angles, un petit embourgeoisement, en vérité, il faut plutôt y voir de la résilience, l’expression que toutes les émotions, même les plus négatives, sont constructives lorsqu’on les laisse sortir et qu’on en fait quelque chose de créatif. Au rayon tension, on aura droit à quelques morceaux de bravoure, au premier rang desquels on placera Apathy, sa ligne de basse vrombissante impeccable et son chant à deux voix qui claque comme les meilleurs slogans. De fait, l’équilibre de l’album tient entre des moments où le groupe se lance dans de petites bombes catchy, dont l’inaugural This Feeling Is Disgusting, et d’autres où les abords sont plus abrupts. Mais même quand on glisse vers plus de « tension noire », (I’m In Trouble), le groupe garde une verve et une fraîcheur fédératrice. Ajoutez d’autres moments où cette verve s’accommode à merveille de petits accords qui lorgnent vers une new-wave gracile (Gather, Really), et tout cela fait de « Self-Worth » l’album parfait pour refermer une année 2020 définitivement marquée par le retour en grâce du post-punk.

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. This Feeling Is Disgusting
  2. Call You Back
  3. I'm In Trouble
  4. Men
  5. Gather, Really
  6. The Tree
  7. Stay There
  8. House, Hold
  9. It's A Frog's World
  10. Worthy Mushroom
  11. Apathy
  12. The Family's Broke

La disco de Mourn

Self-Worth8
80%
Mourn9
90%

Mourn