"> Operator Please - Yes Yes Vindictive - Indiepoprock

Yes Yes Vindictive


Un album de sorti en chez .

On imagine bien le texto qu’ont dû s’envoyer les futurs membres d’Operator Please au moment de leur formation : « Yo let’s formed a band 4 the school party, gonna be soo gr8 ».  Oui, c’est qu’ils se sont formés au lycée les petiots, et peu de temps après les voilà empochant un contrat avec une major […]

On imagine bien le texto qu’ont dû s’envoyer les futurs membres d’Operator Please au moment de leur formation : « Yo let’s formed a band 4 the school party, gonna be soo gr8 ».  Oui, c’est qu’ils se sont formés au lycée les petiots, et peu de temps après les voilà empochant un contrat avec une major sur place et avec Brille en Angleterre, de quoi débuter avec panache. Voici une génération rock’n roll qui ne cesse de nous envoyer des nouveaux groupes. Une fois n’est pas coutume, c’est à Melbourne que se passe la scène. L’Australie avec ses scènes rock et électro grandissantes, pourrait bien devenir un nouvel eldorado.

Il y avait pire comme idée à avoir sur les bancs du lycée que de se dire, tiens si on montais un groupe, car visiblement ils l’ont fait avec talent. Les Australiens ont Operator Please et nous les BB Brunes, je ne sais pas si on gagne au change… Bon avouons que de toute façon ma préférence va aux ex-taulards des antipodes ne serait ce que grâce à la plastique avantageuse de leur violoniste. Passons, ce n’est pas pour ça que nous allons nous mettre à jouer au rugby à 13 et à boire de la Foster.

En effet, avec trois singles détonants, les Operator Please font mouche, en particulier avec Leave It Alone et son lead de violon, ainsi que Get What You Want dont la montée d’accords fait immédiatement bouger la patte. Just A Song About Ping Pong est sans doute le plus efficace des trois mais aussi le plus lassant. Malheureusement, le reste du disque n’est peut être pas à la hauteur. On soupçonne une petite précipitation de la part de la maison de disques pour sortir un album un album en surfant sur la vague d’un buzz montant. On écume des plages vides et un peu creuses, et, syndrome du zappeur, on préfère s’attarder sur les singles.

Dommage, on aurait aimé les adorer ces adolescents australiens avec leur power pop mélodique et accrocheuse, mais pour l’instant à part quelques singles vraiment biens troussés et des prestations live sympathiques et énergiques, sur disque ça reste un peu creux. Espérons que malgré le récent changement de clavier, il puisse un jour nous sortir le petit délice sucré qu’on attend d’eux, car aujourd’hui ce n’est qu’un bonbon gélatineux un peu écoeurant.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Zero! Zero!
  2. Get What You Want
  3. Just a Song About Ping Pong
  4. Cringe
  5. Two for My Seconds
  6. Terminal Disease
  7. 6/8
  8. Yes Yes
  9. Other Song
  10. Ghost
  11. Leave It Alone
  12. Pantomime
  13. Rocking Horse
  14. One Yellow Button
  15. Whip It!
  16. Ouch Burn
  17. Waiting by the Car
  18. Icicle
  19. Leave It Alone - David E. Sugar's St. Mark's Remix
  20. Leave It Alone - New Young Pony Club Rework

La disco de Operator Please