"> Sarah Jarosz - Follow Me Down - Indiepoprock

Follow Me Down


Un album de sorti en chez .

Sarah Jarosz est née en 1991 (à Austin, Texas), et pourtant sa maturité musicale ne saurait être questionnée ; elle était déjà virtuose au banjo à l’âge de dix ans (ou devrait t-on dire aux différentes sortes de banjo), et de manière peut être plus significative, a élargi sa palette aux guitares, mandolines, et claviers […]

Sarah Jarosz est née en 1991 (à Austin, Texas), et pourtant sa maturité musicale ne saurait être questionnée ; elle était déjà virtuose au banjo à l’âge de dix ans (ou devrait t-on dire aux différentes sortes de banjo), et de manière peut être plus significative, a élargi sa palette aux guitares, mandolines, et claviers (piano, wurlitzer). Elle s’affirme aussi comme une chanteuse formidablement assurée. Signant avec Sugar Hill Records à tout juste seize ans "Song Up in Her Head" sera son premier album, en 2009 ; son talent à plusieurs dimensions et sa précocité seront remarqués. Elle sera considérée comme une Gillian Welch de nouvelle génération. Welch elle-même a depuis la fin des années 1990 donné une touche contemporaine à la musique bluegrass et contribué à populariser le terme d’’americana’, un genre musical qui rime aujourd’hui avec sex-appeal et remet au passage la country, pratique apparentée longtemps sous-estimée, d’aplomb.

"Follow me Down" est un successeur naturel à "Song Up in her Head", continuant sur une voie très prometteuse, avec ses floraisons de cordes tournoyantes héritées de la tradition bluegrass et Appalachienne, et ce lustre contemporain promis par une voix puissante et douce. En termes d’héritage, les apparitions de grands nom tels Jerry Douglas, Chris Thile, Shawn Colvin, Bela Fleck, Stuart Duncan et une douzaine de musiciens évoluant autour de la scène de Nashville sont d’autant plus remarquables qu’elles épousent parfaitement le cadre préparé par Jarosz, qui est celui d’une démarche aussi contemplative qu’elle est en mouvement (certaines chansons, Annabelle Lee ou Floating in the Balance, superbement propulsées par la rythme de son banjo). Come Around, le premier extrait de l’album, est une course folle, qui marie mélodie, intensité, et virtuosité.
 
Run Away, qui précède cette chanson, donne le ton à l’album, avec ses arrangements vastes, hantés, sensuels. “Follow me down through the cotton fields/ Moon shadow shine by the well/ Lead us down a road, where no one goes, we can run away…”. La limpidité de cette chanson nous encourage à venir y trouver une relation privilégiée, quand la solitude projetée par l’artiste renforce le lien avec celui qui l’écoute. "Follow me Down" ne perd jamais ce charme, montrant l’artiste en exploration, en proie à une ivresse qui dépasse ses talents les plus visibles pour explorer de nouvelles dimensions mystérieuses (Annabelle Lee est écrite d’après un poème d’Edgar Allan Poe). Sur My Muse, Jarosz a un pied dans le rêve, passionnée autant qu’éloignée des racines country. La cheville blanche dans un monde personnel qu’elle s’approprie progressivement, un milieu de subtile différence, où les tournures entraînantes peuvent gagner en magnétisme ce qu’elles perdent en consistance (Gypsy). L’équilibre est constant entre contrôle et abandon, en témoigne la reprise de The Tourist (Radiohead).

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Run Away
  2. Come Around
  3. Annabelle Lee
  4. Ring Them Bells
  5. My Muse
  6. Floating In The Balance
  7. Old Smitty
  8. The Tourist
  9. Here Nor There
  10. Gypsy
  11. Peace

La disco de Sarah Jarosz