"> Shadow Band - Wilderness Of Love - Indiepoprock

Wilderness Of Love


Un album de sorti en chez .

8

De l'ombre à la lumière, il n'y a qu'un pas...

On sait très peu de choses concernant Shadow Band. Tout droit débusqué de Philadelphie, où nombre de groupes et artistes ont brillamment effectué leurs gammes (à la pelle : The Walkmen, Clap Your Hands Say Yeah, The War On Drugs…), ce collectif s’inscrit dans une veine folk vaporeuse comme le pays de l’Oncle Sam sait en produire. Preuve en a été en fin d’année dernière lorsque le label Mexican Summer, souvent dans les bons coups, a publié en guise de prémisses la double offrande Eagle Unseen/Moonshine, alliance entre odyssée sauvage et cérémonial extatique qui eût alors le mérite d’attiser notre curiosité, avec aisance qui plus est.

Avant même ces premières explorations, le seul et unique regret émanant de ce premier recueil sera de ne pas pouvoir profiter du second titre cité dans la tracklist. Une amertume vite atténuée cependant par les onze pistes proposées (dont Eagle Unseen), véritable invitation aux lustres d’antan bâtie au coeur d’un mysticisme éthéré et d’une musicalité sans failles. S’il vient en mémoire l’oeuvre des Fleet Foxes à l’abord de certains titres (Green Riverside, Morning Star…), le groupe de Pennsylvanie dénue de ses édifices l’architecture pastorale qui a fait l’apanage de leurs aînés, au profit d’une atmosphère nettement plus intimiste. L’artwork l’illustre d’ailleurs à merveille, puisqu’il s’agirait ici d’une cavalcade fureteuse et boisée, bougie en main, plutôt qu’une sérénade théâtrale sous résonance. Pour autant, les chœurs, flûtes traversières et percussions minimalistes garantissent le juste apport de splendeur (In The Shade, Illuminate), habillant de ses quelques lueurs la pénombre ambiante, avec justesse et délicatesse.

 

 

Au-delà d’un folk parfaitement exploité, on appréciera d’autant plus les fragments aventureux sur lesquels le groupe de l’ombre s’évertue sans concessions, réappropriés à partir d’influences country et surf-rock des seventies, les couvre-chefs et la houle en moins (Mad John, Endless Night), tandis que Darksiders’ Blues renvoie lui, sur un tempo décéléré, au roots rock d’un Proud Mary de Creedence. Qu’importe finalement les inspirations rétrospectives, Shadow Band passe en un premier effort abouti des ombres chamaniques aux apparats incandescents. Une magnificence dont il serait fort dommage de se priver…

 

Community Manager
  • Publication 1 086 vues27 février 2017
  • Tags Shadow BandMexican Summer
  • Titres recommandés Endless Night Shadowland Eagle Unseen In the Shade Mad John Illuminate
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Green Riverside
  2. Endless Night
  3. Shadowland
  4. Eagle Unseen
  5. In the Shade
  6. Indian Summer
  7. Morning Star
  8. Mad John
  9. Illuminate
  10. Darksiders' Blues
  11. Daylight

La disco de Shadow Band