"> Stateside - Phonograph - Indiepoprock

Phonograph


Un album de sorti en chez .

Si vous voulez vous familiariser avec les musiques populaires américaines (blues, folk, rock), je vous invite à vous pencher sur les sorties du label Fargo. Parmi cette écurie (qui compte les très bons Andrew Bird et Ben Weaver), le groupe le plus représentatif de «classic rock » est sans conteste Stateside. Après un album sorti […]

Si vous voulez vous familiariser avec les musiques populaires américaines (blues, folk, rock), je vous invite à vous pencher sur les sorties du label Fargo. Parmi cette écurie (qui compte les très bons Andrew Bird et Ben Weaver), le groupe le plus représentatif de «classic rock » est sans conteste Stateside.

Après un album sorti en 2001 le groupe emmené par John Paul Keith a bien failli en rester là, puisque celui-ci est le seul membre originel constituant le Stateside de 2004. Pourtant, à l?écoute de « Phonograph » le groupe paraît jouer ensemble depuis dix ans tant la cohésion du groupe est évidente.

Au jeu des références, celles-ci tombent sous le sens : les Stones de la période de Mike Taylor associé à la pop subtiles des Byrds (« Baby Goodbye »). On est pas loin non plus de Tom Petty et de ses Heartbreakers. De vraies racines rock : solos à propos, ch?urs enflammés (« Light years away »), tout l?éventail. C?est fluide, mélodique et aussi sans grandes surprises, avouons-le. Reconnaissons surtout l?impeccable section rythmique (Greg Stamen/Thomas Mimikakis) servant parfaitement les chansons de Keith.

Nous ne nous étalerons pas sur les paroles, complètement anodines, voire franchement faibles (« We will find a way »). Mais l?attente n?est pas là. Seule l?efficacité mélodique prime. Une aisance parfaitement démontrée et interprétée. Stateside se dévoue avec ferveur au sacro-saint versus/chorus/pont, ce qui paraîtra un tantinet cliché et rabâché pour beaucoup et fera figure de bienfait inestimable pour d?autres.

Chroniqueur
  • Publication 386 vues7 septembre 2004
  • Tags StatesideFargo
  • Partagez cet article

La disco de Stateside