"> Stay Inside - Viewing - Indiepoprock

Viewing


Un album de sorti en chez .

8

Premier album d'un groupe au nom prédestiné.

Petite mise au point indispensable, non, Stay Inside n’est pas un groupe formé en urgence et baptisé pour surfer sur la période du confinement quasi-mondial qui a lieu en ce moment, même si « Viewing » est leur premier album. Toutefois, ce nom n’est pas complètement, d’une certaine façon du moins, étranger à ce que nous vivons puisque le propos du groupe, assez nihiliste dans l’approche, est que le monde extérieur n’est qu’une immense menace dont il vaut mieux se prémunir en restant chez soi. Dans les mois qui viennent, ils devront peut-être répéter qu’ils ne se promènent pas avec une boule de cristal, ne lisent pas dans le marc de café mais ça, c’est leur problème.

Musicalement, Stay Inside est plutôt bien campé dans l’époque puisque sur « Viewing », le quatuor de Brooklyn fait claquer les guitares, martyrise les fûts de batterie, crie et hurle sans retenue. Mais, s’ils sont de Brooklyn, le quartier de New York qui sert aussi de camp de base à Bambara, autre groupe auteur du grand disque rock du début d’année, Stay Inside n’évolue pas tout à fait dans les mêmes eaux. Si Bambara offre un post-punk gothique mâtiné de blues, Stay Inside délivre un hardcore qui flirte parfois avec l’emo sans glisser dans ses outrances. Mais l’intérêt de Stay Inside, leur originalité tient dans leur propension à allier à cette approche sonore des mélodies amples, généreuses, – presque trop par moments, mais les débuts ne sont pas censés être parfaits-, et à ne pas cultiver outre-mesure le glauque ou l’outrance. Revisionist, qui ouvre l’album, est même un morceau plutôt posé, à défaut de dire serein, même si les lignes de guitare ne laissent pas d’ambiguïté sur les intentions du quatuor. Et, si jamais ce n’était pas assez clair, les cris de Chris Lawless (qui est crédité en tant qui guitariste et pour ses cris, justement, le chant, le reste du temps, étant partagé entre Chris Johns et Bryn Nieboer) sur Void, finissent la mise au point.

Si les moments où le groupe glisse légèrement vers l’héroïque sont moins convaincants, l’impression générale reste excellente. Ivy, Monuments, sont des bijoux d’hardcore indé, le groupe impressionne par son aplomb, sa propension à déclamer ses mélodies, se montre redoutablement efficace quand les riffs sont acérés. En clair, pas question de bouder notre plaisir d’accueillir des petits nouveaux bourrés d’énergie, sans complexes pour envoyer du son radical et sans fioritures, et qui, s’ils nous rappellent de rester à l’intérieur, nous donnent furieusement envie d’ouvrir les fenêtres pour réveiller les voisins.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Revisionist
  2. Void
  3. Ivy
  4. Monuments
  5. Silt
  6. Divide
  7. Wake
  8. Veil
  9. Verdict
  10. Leave

La disco de Stay Inside

Viewing8
80%