"> That Summer - Near Miss - Indiepoprock

Near Miss


Un album de sorti en chez .

L’été selon That Summer est une saison froide. Même le radiateur qui se trouve sur la pochette du dernier album de cette formation française n’est pas prêt à réchauffer l’ambiance de ce disque. A l’intérieur c’est un froid à vous glacer le sang, à le figer et à vous donner des frissons comme jamais. A […]

L’été selon That Summer est une saison froide. Même le radiateur qui se trouve sur la pochette du dernier album de cette formation française n’est pas prêt à réchauffer l’ambiance de ce disque. A l’intérieur c’est un froid à vous glacer le sang, à le figer et à vous donner des frissons comme jamais. A lire les premières lignes de cette chronique on commence à se dire que la sixième réalisation de ce groupe est repoussante. Mais c’est une erreur car les frissons que procure la musique de That Summer sont de bons frissons, ceux de l’émotion, de la sensibilité, ceux que l’on demande à ressentir à chaque écoute.

Si on en vient à parler de froid c’est parce que David Sanson, qui est à la tête de ce projet, produit une musique qui se classerait, si on devait le faire, dans la catégorie post punk. Et nous ne sommes pas loin de la vérité en disant cela : des cordes de guitare et de basse tendues comme le fil d’un funambule, à la limite de la rupture, une voix monocorde habitée, hantée même par de vieux démons, une batterie sèche.

Mais il serait réducteur de ne parler que de cette facette car dans cet album qui représente deux années de travail, il y en a une autre : outre les mélodies rythmées à l’image du son des années 80, celui auquel semble très attaché David Sanson, il y a une pop plus mélancolique avec des mélodies douces et lentes à partir du morceau intitulé Ghost Tracks et qui ressemble finalement plus au répertoire précédent. Tout cela au final reste cohérent, car au fur et à mesure l’album s’étend vers cette ambiance calme et atmosphérique. A noter la participation de Sylvain Chauveau qui prête sa voix au superbe Obviously et à une reprise de All Cats Are Grey comme un hommage à leur aînés des Cure.

Et si vous avez peur d’avoir froid à l’écoute de ce disque, quelques conseils : réglez vos radiateurs au maximum, allumez votre cheminée si vous en possédez une, mettez votre doudoune la plus chaude mais écoutez le !

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. April Skies
  2. Mimir
  3. The Hues of You
  4. Obviously
  5. The Angelhood
  6. Ghost Tracks
  7. All Cats Are Grey
  8. Chapel 16
  9. Karl Marx Avenue

La disco de That Summer