"> The Leisure Society - The Sleeper - Indiepoprock

The Sleeper


Un album de sorti en chez .

7

Au Royaume-Uni, la musique évolue et on y trouve des groupes de plus en plus dans la veine d’un folk parfois américanisé, mais très souvent étonnant de fraîcheur. Ce qui permet de passer à autre chose qu’Oasis, et de se délecter de nouvelles trouvailles. The Leisure Society fait partie de ces groupes qui marqueront l’automne. […]

Au Royaume-Uni, la musique évolue et on y trouve des groupes de plus en plus dans la veine d’un folk parfois américanisé, mais très souvent étonnant de fraîcheur. Ce qui permet de passer à autre chose qu’Oasis, et de se délecter de nouvelles trouvailles. The Leisure Society fait partie de ces groupes qui marqueront l’automne. Emmenés par Nick Hemming, dont la voix est un croisement efficace et sublime entre Neil Hannon (The Divine Comedy) et Tim Smith (Midlake). S’il fallait décrire l’univers musical de The Leisure Society, il faudrait se tourner vers un folk agrémenté ici et là de pedal-steel, banjo, chœurs harmonieux, violons et flûtes pour lier le tout. Nick Hemming, déjà actif au sein de She Talks To Angels, a fait fonctionner son réseau de copains pour ce disque avec l’arrivée de Nick Siddell qui officie chez Lightseed Champion.

« The Sleeper » est une invitation à la retraite, au prolongement de l’été indien, à l’embrassade de l’automne. Arrivé il y a déjà quelques temps, ce premier album de The Leisure Society est passé injustement inaperçu. C’est disque un paisible offrant le plus grand décalage avec la vie moderne. Tout démarre avec une fanfare joyeuse qui ouvre les poumons (Give Yourself A Fighting Chance) pour glisser lentement via le titre éponyme vers une des plus belles ballades du disque : The Last Of The Melting Snow, le titre qui a fait connaître ce sublime groupe aux croisements entre les Beatles (Love’s Enormous Wings), Nick Drake et les Fleet Foxes pour citer une référence actuelle.

Surprenant, ce petit disque à la pochette peu parlante coule tout seul, dévale même des pentes et vous offre en bonus la clef des champs. Avec quelques pièces maîtresses comme A Short Weekend Begins With Longing (la chanson qui sort du lot), la superbe We Were Wasted, The Darkest Place I Know, Come To Your Senses, A Matter Of Time, « The Sleeper » remplit son contrat. Quelques titres auraient toutefois pu bénéficier d’arrangements moins grandiloquents (Save It For Someone Who Cares), et l’album aurait mérité quelques minutes de bonheur de plus.

Chroniqueur

Tracklist

  1. A Fighting Chance
  2. The Sleeper
  3. The Last of the Melting Snow
  4. A Short Weekend Begins With Longing
  5. We Were Wasted
  6. Save It for Someone Who Cares
  7. The Darkest Place I Know
  8. Are We Happy?
  9. Come to Your Senses
  10. A Matter of Time
  11. Love's Enormous Wings

La disco de The Leisure Society