"> Widowspeak - Almanac - Indiepoprock

Almanac


Un album de sorti en chez .

7

Fantaisie de rock nostalgique d'un duo de Brooklyn, "Almanac" serait complexe si on décidait de l'attaquer en évocant les influences du duo de Brooklyn qui l'a conçu.

L’évidence de celles-ci donne à voir leurs qualités intemporelles – de Fleetwood Mac à Mazzy Star, des Pretenders à Echo and the Bunnymen, en passant par le psychédélisme électrique des années 60. En se concentrant sur le mystère et la duplicité, entre sensualité et envoûtement, de certaines de ces influences, Widowspeak permet à tout le reste de couler de source ; des structures classiques mais des sonorités qui suscitent un flottement incertain, des guitares aux échos enveloppants, enflammées dans des solos qui perçent à travers la production ouatée, et une voix de ‘chanteuse’, avec l’aura mystique de Stevie Nicks. Avec des noms tels que Molly Hamilton et Robert Earl Thomas, ils semblent sortir d’un livre d’images. Dans ses visuels et ses costumes, le duo se permet une extravagance presque superflue : leur musique dégage charme et singularité.

Un lac de guitares et une mélodie chevaleresque nous saisit dès Perennials, ou l’on se rend compte pour la première fois qu’Hamilton va briller par le manque d’urgence de son timbre, répétant “nothing last long / nothing last long enough” à la manière d’une princesse plongée dans son miroir, plus intéressée par les turpitudes qui départagent sa vie adolescente et adulte que par le sentiment de désarroi profond lié à ce qu’elle chante. C’est du college rock, avec sa tendresse, sa perception un peu stéréotypée du mal, sa romance, mais dont l’agression, l’appréhension, aurait été pervertie.

 ‘Ashes to ashes to ashes’ chante Hamilton sur Sore Eyes, comme pour signifier le constant recommencement émotionnel auquel s’emploie Widowspeak. Hamilton entrevoit la mort, et même la fin des temps, en délivrant une vision particulièrement désincarnée de celle-ci. Des cycles constitués d’attente et d’absence, la narration d’émotions manquées se constituent, se solidifient avec The Dark Age, troisième chanson sur laquelle les ambitons mélodiques de Widowspeak les affilient aux plus rêveurs et aux plus utopiques des groupes de rock des années 80.
C’est en fuyant toute esthétique affirmée que Widowspeak trouve son identité et défie notre imagination. Evitant tout acte de confrontation avec l’auditeur, même dans les chansons les plus imagées, Devil Knows, Locusts ou Storm King, ils nous laissent avec l’impression d’avoir vécu les plaisirs d’un voyage mais sans en éprouver la fatigue, et prêts à recommencer à nouveau cette étrange quête.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Perennials
  2. Dyed in the Wool
  3. The Dark Age
  4. Thick As Thieves
  5. Almanac
  6. Ballad of the Golden Hour
  7. Devil Knows
  8. Sore Eyes
  9. Locusts
  10. Minnewaska
  11. Spirit Is Willing
  12. Storm King

La disco de Widowspeak

Almanac7
70%

Almanac

Widowspeak
0%

Widowspeak