"> Jeanne Morisseau - Le retour d'une auteure-chanteuse-compositrice d'exception - Indiepoprock

Jeanne Morisseau – Le retour d’une auteure-chanteuse-compositrice d’exception

Alors que Jeanne Morisseau finalise un nouvel album, il est urgent de (re)découvrir l’oeuvre de cette auteure-chanteuse-compositrice dont le parcours musical est exceptionnel.

Aux confins d’un folk à la profondeur sidérante et d’un rock expérimental, la musique – et les textes – de Jeanne Morisseau s’inscrivent dans un territoire poétique, dans lequel on retrouve les fulgurances de Lou Reed, la grâce – et parfois la rage – de Patti Smith.

Sauf que Jeanne Morisseau transpose cette exigence nord-américaine dans l’imaginaire d’une langue française délivrée de son carcan musical strictement national. Il en résulte une oeuvre d’une densité époustouflante, balayant au fil des disques, toute la richesse du folk. De sa lecture la plus traditionnelle, quasiment romantique, jusqu’à ses éclats les plus électriques.

L’exigence littéraire de Jeanne Morisseau – qui est également une auteure et une peinte-aquarelliste – transparaît sans discontinuer au fil d’une discographie précieuse et rare. Au fil de ses propres textes d’une beauté intemporelle. De rencontres qu’elle organisa musicalement entre Rimbaud et Patrice de la Tour du Pin, entre Baudelaire et Victor Hugo, quand ce crossover littéraire et rock n’était pas encore évident comme il l’est devenu aujourd’hui.

Au fil, aussi, d’œuvres totalement inclassables, prenant racines dans une culture classique profonde. Que l’artiste revisite à l’aune d’une musique et d’un chant toujours renouvelés. Son disque-démo « Sur la Roue d’Orphée » demeure ainsi un pur et vrai chef d’oeuvre de poésie totale.

Jeanne Morisseau a, disque après disque, livre après livre, construit un répertoire sans équivalent. Un répertoire faisant le pont entre traditions et post-modernité. Libérant des pans entiers de nos imaginaires, se jouant du temps – comme toute oeuvre véritable -. Et transcendant les modes passagères, au profit d’une vision singulière, mais hautement référencée. Dont l’exigence, à nouveau, ne cesse d’éblouir, et surtout d’élever. Loin des fractures temporelles, des frontières, comme de la mort.

Chaque oeuvre de Jeanne Morisseau étant le fuit d’un processus créatif hors du temps, le prochain disque risque fort de poser un nouveau jalon important dans un parcours sans faute. N’obéissant qu’à des impératifs artistiques.

Crédit photo : Jacques Crenn.

Yan
Chroniqueur