"> Willie Schwartz - Debussy - Indiepoprock

Willie Schwartz – Debussy

Cette chanson, et la vidéo qui l’accompagne, ne ressemblent pas exactement à la sortie conventionnelle d’un  projet parmi les autres. Avec « Debussy », Willie Schwartz signe un hommage à Bucy, centre de désintoxication créé par Kate Barry, il y a 30 ans. Un lieu qui a sauvé la vie du musicien. Comme celle du réalisateur Thomas Creveuil, qui mettra des images et des émotions sur une composition musicale brûlante.

La chanson peut s’écouter pour elle-même. Sa puissance rappelle la beauté incandescente et la violence intérieure de Psykick Lyrikah, et les compositions de Arm. Tissant rock et hip hop, elle déroule une histoire au-delà d’un simple témoignage, plutôt la confession intime d’un musicien rattrapé par les addictions. Libéré par la force d’un combat et de l’échange. On ose dire par l’envie de vivre, après des années d’autodestruction.

Willie Schwartz pose là le préambule d’un album qui s’annonce magnifique et bouleversant. « Debussy » offre des clefs de compréhension. Plongée dans la haine de soi et dans l’angoisse. Avant de comprendre que l’on est digne d’aimer et d’être aimé.

La vidéo de Thomas Creveuil offre à la chanson un écrin à la hauteur de sa puissance. Le cinéaste, également sorti de Bucy, était le mieux placé pour illustrer cette lutte acharnée contre soi. Un moyen-métrage suivra, qui développera – autour de Clémentine Poidatz – le propos d’un clip fascinant et renversant.

 

Yan
Chroniqueur
  • Publication 671 vues17 mars 2022
  • Tags Willie Schwartz
  • Partagez cet article
Willie Schwartz - Debussy