On a aussi écouté La Souterraine – Aristocrate


La Souterraine, que l’on ne présente plus, a confié au label Aristocrate le soin d’une de ses fameuses Mostla Tape. L’occasion rêvée de découvrir ce label crée par Jérôme Suzat et Josépha Mougenot. Tous deux artistes accomplis, aux univers fragiles et puissants.

Aristocrate Recordings, dont le manifeste est aussi génial que bouleversant, réunit des musiciens défricheurs. Loin des contraintes et des objectifs commerciaux se développe là une musique follement libre, érudite ou simplement vivante. Jamais élitiste mais d’une exigence totale.

Cette musique donne l’impression de se faire presque sous nos yeux et pour nos âmes. Tout ce qu’elle peut offrir est exploré. De son expression la plus simple, comme le bruit de la pluie, à la plus évoluée, comme une ligne mélodique de John Cage, en passant par la chanson populaire, fulgurante de beauté comme celle que compose Jérôme Suzat et Fantôme, et le post-rock de Ruines rappelant les géniales Electrelane. Même le rythme d’un texte simplement lu et la musique sacrée y trouvent leur place. Car la musique est aussi transcendance, silence et poésie.

C’est terriblement moderne – dans le sens artistique le plus noble et profond. Cela pourrait ressembler à une sorte d’idéal sonore. Une utopie en train de réussir. Dans cette “écologie des sons” se façonne une musique singulière vibrant de langues et de territoires étranges. Voici des artistes qui semblent détacher du ciel ou recueillir des ténèbres des morceaux de beauté pure ou de révolte salutaire.

 

Yan
Chroniqueur
La Souterraine  - Aristocrate