Misc. Music


Un album de sorti en chez .

Le sort se sera vraiment acharné jusqu’au bout sur les musiciens d’Unbelievable Truth. Après avoir été virés comme des malpropres par Virgin pour cause de ventes insuffisantes (mais où sont donc les considérations artisitiques ??!!), après avoir splitté suite à un deuxième album sorti sur le label indépendant Shifty Disco, les voilà obligés de sortir […]

Le sort se sera vraiment acharné jusqu’au bout sur les musiciens d’Unbelievable Truth. Après avoir été virés comme des malpropres par Virgin pour cause de ventes insuffisantes (mais où sont donc les considérations artisitiques ??!!), après avoir splitté suite à un deuxième album sorti sur le label indépendant Shifty Disco, les voilà obligés de sortir leur compilation-testament « Misc. Music » par leurs propres moyens. Heureusement le distributeur français Poplane a pris les choses en main pour que ce magnifique double album soit distribué dans nos contrées.
Le premier CD de « Misc. Music » est composé d’inédits jamais commercialisés et de 5 titres sortis sur les derniers singles du groupe. A l’écoute de tous ces morceaux, on ne peut que regretter doublement le split d’Unbelievable Truth car la majorité de ces chansons auraient mérité de figurer en bonne place sur un véritable album du groupe. A l’écoute de « Live Without This », « History / Fiction », « Everyone Has To Eat » ou « Whose Side Are You On? », on se dit qu’on tient tout simplement quelques unes des meilleures chansons d’Unbelievable Truth. La recette est simple : de belles chansons pop relativement calmes à bases acoustiques, des guitares plus électriques qui savent s’énerver toujours judicieusement, quelques cordes, claviers ou pianos pour embellir le tout, et l’on obtient de très belles chansons d’une beauté tragique et d’une sincérité désarmante.
Quant au second CD, il s’agit de l’enregistrement de l’ultime concert d’Unbelievable Truth (Oxford – Septembre 2000). Le set s’ouvre sur le vibrant « Almost Here » pour se clôturer sur les longues plages instrumentales de « I can’t wait » et, entre temps, le groupe passe en revue avec brio ses meilleurs titres extraits de ses deux albums studios (7 de « Almost Here » et 8 de « Sorrythankyou »). On regrettera juste l’absence de l’excellent « Settle Down », mais la présence des superbes inédits « From This Height » et surtout « Who’s to know » éclipse cet oubli volontaire.
En plus de la qualité, Unbelievable Truth nous offre la quantité puisque ce n’est pas moins de 2h20 de belle musique qui nous est proposé. Ne passez donc surtout pas à côté de ce superbe album, c’est un must !

Chroniqueur

La disco de Unbelievable Truth