Interview de Stephen Malkmus

Diverses rumeurs ont circulé sur le rôle plus ou moins discret des Jicks sur cet album, ainsi que sur le line-up du groupe. Qu’en est-il finalement ?
J’ai enregistré une grande partie de cet album moi-même, chez moi. Je dirais environ 60%. Le reste a été joué avec le même groupe que celui qui m’accompagnait sur la tournée « Pig Lib ». Mais notre batteur, John Moen, avait besoin d’argent et s’est lancé dans un autre projet. Il a rejoint les Decemberists, un jeune groupe de Portland qui marche bien et qui fait énormément de concerts. Il n’a donc pas pu nous accompagner sur cette tournée. En plus, nous ne jouons pas autant qu’il le voudrait’ peut-être seulement trois mois par an. Mais un de mes bons amis le remplace. Il s’appelle Joe Plummer et a joué avec Modest Mouse et The Black Heart Procession. Nous avons répété ensemble lors d’un concert au Texas et maintenant il est très heureux d’être là avec nous. Peut-être même jouera-t-il sur le prochain album, si John est toujours indisponible’

Tu as donc composé tous les titres de cet album ?
Oui. Nous avons enregistré trois chansons ensemble et ensuite je me suis occupé du reste. Le prochain disque sera enregistré comme avant, en groupe et peut-être avec un producteur. Mais cette fois-ci, j’ai saisi l’opportunité de travailler seul, chez moi.

Pourtant, « Face The Truth » est musicalement assez proche de son prédécesseur, « Pig Lib »?
Pour moi, il est un peu différent. Je crois qu’il contient plus de pop songs, avec des mélodies dont on peut se souvenir. Et pas ce genre de tonalités sombres… Mais il y a aussi des choses qui se rapprochent de « Pig Lib ». Le titre No More Shoes est encore une sorte de prolongement de nos jams en studio.

Et ce titre funky, Kindling For The Master ?
C’est vrai qu’il n’y a rien de tel sur « Pig Lib ». Pour le fun, j’ai essayé de faire une chanson très électronique. Je suis vraiment fan du premier album de Daft Punk. Les suivants sont moins bons, quoiqu’un mauvais disque de Daft Punk reste toujours meilleur que bon nombre d’albums… J’ai donc essayé de chanter sur des tas d’effets bizarres avec des samples et des loops.

Depuis « Pig Lib », tu te laisses beaucoup aller aux solos de guitares. Te verrais-tu, un jour, arrêter le chant et te contenter de jouer de la guitare ?
J’aimerais beaucoup ! Mais j’essaie de ne pas trop abuser des solos, j’essaie de jouer des solos mélodiques, comme pour une ligne de chant, pas uniquement des solos techniques ou ultra-rapides. J’aimerais beaucoup jouer plus de guitare, mais je préfère ajouter une voix pour rendre les chansons meilleures.

Quels sont les guitaristes qui t’influencent ?
Je dirais les guitaristes « west coast », comme Jorma Kaukonen de Jefferson Airplane. Ou aussi Bert Jansch, de Pentangle, et son style guitar-picking. J’aime aussi beaucoup Alan Stivell, bien que ce soit un harpiste. Il a fait d’excellents disques dans les années 70. Ce n’est pas un guitariste, mais son jeu m’influence tout de même.

Tu essaies de jouer de la guitare comme si tu jouais de la harpe ?
Oui, parfois. J’aime aussi certaines musiques turques. Sur l’album, le riff de Baby C’Mon vient de là.

Prenons maintenant un peu de recul par rapport à l’ensemble de ta carrière. Pour toi, qu’est-ce qui différencie Pavement des Jicks ?
C’est difficile à dire’ Je suis le point commun entre les deux mais les autres musiciens sont différents. Je ne sais pas’ Pour moi, c’est le même objectif, la même approche, ce sont les mêmes rêves, mais les personnes et les époques sont différentes.

Comment vois-tu le futur pour les Jicks ?
L’idéal serait de rester ensemble pour le prochain album. Mais je n’ai pas de plan sur le long terme. C’est difficile de savoir si les musiciens avec qui tu joues auront envie de continuer avec toi plus tard, quels efforts il faudra faire pour continuer à tourner’ Encore au moins un album et puis nous pourrons penser à l’avenir.

As-tu été impliqué dans les diverses rééditions de Pavement ?
Au début, pas tant que cela. Mais une fois que les choses ont démarré, un petit peu. J’ai fait quelques notes sur la pochette mais Matador, notre label, a pris en charge l’essentiel.

Tu écoutes les projets des autres anciens membres de Pavement ‘ Tu les apprécies ?
Oui, j’aime bien ce qu’ils font. Surtout Steve West [ndlr : ancien batteur de Pavement], qui joue au sein de Marble Valley. Son groupe n’est pas très connu mais a tourné avec les Jicks. J’adore ce qu’il fait, il chante comme Captain Beefheart. Et je suis très fan du premier album de Preston School Of Industry [ndlr : le groupe de Scott Kannberg, autre guitariste de Pavement]. Le second est un peu plus calme, mais il est bon aussi’

Et The Cribs, qui jouent en première partie des Jicks ce soir, tu les connais ?
Non. Je sais qu’il y a un buzz autour d’eux en Angleterre. Je sais qu’ils sont dans la mouvance Gang Of Four, Franz Ferdinand’ mais je n’ai jamais entendu ce qu’ils font. Je suis impatient de les voir ! Je recommande également Clor, le groupe qui a ouvert pour nous sur nos dates anglaises.

Chroniqueur
  • Pavement

    Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

    Stephen Malkmus

    Pas de concert en France ou Belgique pour le moment