Interview de Vegastar

Bonjour Vegastar
Vegastar : Bonjour Indiepoprock !

Pouvez-vous nous parler des origines du groupe ?
Vince (basse) : A la base, Vegastar a été monté par Fabien et Jocelyn (guitariste et batteur du groupe) qui étaient sur Orléans avec 2 autres gars, un 1er bassiste et un chanteur ; au bout d?un moment ils ont décidé de monter sur Paris, car ils ne s?entendaient plus avec leur chanteur. A ce moment-là ils jouaient déjà sous le nom Vegastar.
Franklin (chant) : moi j?avais déjà un autre groupe qui s?appelait Noisy Fate, qui venait de s?arrêter, et je les ai rencontrés en été 2002, on a bien accroché, ils m?ont proposé de les rejoindre, car entre-temps ils s?étaient séparé de leur ancien chanteur. On a commencé comme ça, on a fait une 1ère salve de compositions, pendant 6 mois ça n?était pas très sérieux. Puis on a fait un concert où on a rencontré les Brent, où il y avait Jey et Vince, qui sont actuellement guitariste et bassiste de Vegastar. On a sympathisé, eux étaient à Besançon. Vince et Jey voulaient monter sur Paris, ils en avaient marre de tourner en rond à Besançon avec leur groupe, et à Paris c?est quand même plus facile lorsqu?on veut avoir des opportunités.
Les autres dans Brent ne voulaient pas les suivre, donc Brent a splitté, et tout naturellement on a proposé à Vince de venir jouer avec nous, car notre bassiste à l?époque n?était plus motivé. Jey est arrivé en tant que guitariste, et le début de la formation actuelle date de mai.

Vince : on est montés vers juillet sur Paris, on a fait quelques répétitions avec le nouveau line-up, puis on s?est enfermés chez les parents de Franklin tout le mois d?août pour composer 11 titres, histoire d?avoir une bonne démo. Au mois de septembre on a démarché pas mal de labels, on a fait écouter les titres à Rock Mag, Rock Sound. Comme Franklin connaissait bien Pleymo (de par l?appartenance de son ancien groupe Noisy Fate à la Team Nowhere), ils écoutaient régulièrement ce qu?on faisait, et au bout d?un moment ils nous ont proposé de faire l?Olympia avec eux, de fil en aiguille ils nous ont demandé de faire aussi la tournée, on a trouvé un manager, un tourneur. On y va vraiment étapes par étapes, là on fait la tournée, on a aussi enregistré un E.P. 5 titres (sorti en février)
Franklin : en fait on peut dire que Vegastar existe vraiment depuis que Vince et Jey ont rejoint le truc, parce que toutes les chansons que l?on joue ont été composées avec ce line-up. Mais aussi bien avec Brent qu?avec Vegastar on est branchés new-wave, samples, quelque chose d?assez pop, avec quand même de grosses guitares énergiques et puis quelques sons electro.

Comment se passe la composition chez Vegastar ?
Vince : généralement Franklin amène un morceau, nous on le bosse chacun de notre côté, sur ordinateur, rarement en répétition.
Franklin : on maquette en même temps qu?on compose, ce qui fait que c?est déjà bien structuré, même au début, et après on apprend à jouer nos chansons lors des répétitions.

Quelles sont vos influences ? Est-ce que ça sort naturellement en français ?
Franklin : C?est sûr que si on te cite des groupes, ce sera surtout des anglais, même américains : Orgy, Linkin Park pour le mélange pop, grosses guitares et éléments electro. Plutôt donc vers les groupes américains.
Pour moi c?est assez naturel de chanter en français, je ne complexe plus du tout à faire des chansons en français. Je n?ai plus peur de me dévoiler, désormais je ne me vois plus écrire dans une autre langue que le français.
Vince : C?est souvent les morceaux qui nous inspirent le truc, on a par exemple un morceau avec une ligne de basse qui fait un peu « club », on s?est dit « tiens, pourquoi on ne ferait pas un texte sur une fille dans une club ». Ou dans le yaourt du départ, une phrase va ressortir plus qu?une autre.
De toute façon ça reste assez mélancolique, et « romantico-glacial » !
De plus, Chacun des Vegastar connaît les paroles par c?ur.

Franklin : Entre écouter un groupe ricain qui a un pur son, ce qui fera la différence c?est que le gpe français chante en français, les gens comprennent les paroles, et puis de toute manière on ne peut pas rivaliser avec des groupes qui ont 3 fois plus de moyens. Notre originalité c?est le chant en français : ça parle plus aux gens.
Vince : Les textes illustrent la musique.

Pensez-vous votre musique en termes de quelque chose qui peut plaire, avez-vous l?impression de « formater » votre musique ?
Franklin : On ne pense comme ça, généralement quand tu te dis « je vais composer un tube », ça ne marche jamais.
Vince : C?est composé guitare sèche + chant à la base, Franklin peut faire un showcase guitare sèche/chant, ça passera, les sons synthétiques c?est juste pour habiller, on l?a déjà fait.
Franklin : On a un background pop de par nos groupes respectifs.
Vince : On écoute tous des trucs à refrains dans Vegastar, même si certains dans le groupe viennent du hardcore.
Franklin : Si quelques chansons sont plus « tubesques » que d?autres, on ne le sait pas quand on les compose. Souvent, quand on fait écouter aux gens et qu?on leut demande leurs titres préférés, les mêmes ressortent. Nous on se nourrit de chansons à refrains, on aime tout ce qui est envolées lyriques et compagnie.
Vince : ça va de Kyo à Deftones en passant par Muse, Depeche Mode, ou Orgy.

Vous écoutez quoi en ce moment ?
Vince : Les Distillers, Nine Inch Nails, ?
Franklin : Le dernier Muse

Le prétendu « retour du rock », ça vous inspire quoi ?
Franklin : Que du bon ! Le public est super jeune, avant à 14 ans on écoutait du rap, aujourd?hui au même âge on écoute Linkin Park, Evanescence, Kyo, Pleymo? C?est un super public, parce qu?ils sont motivés, ils viennent aux concerts pour s?éclater, ils sont pas blasés.
Vince : On est contents que des gens qui nous découvrent en concert se disent « C?est ça aussi le rock en France »

Vous êtes dans la 1ère moitié de la tournée avec Pleymo (ndlr : l?interview a été réalisée en février 2004). Ressentez-vous une évolution dans Vegastar ?
Franklin : ça nous apprend à gérer un public, à faire du live, on est directement confrontés à des publics assez conséquents, à bouger. Faire 30 dates en 2 mois il n?y a pas plus formateur au niveau musical.
Ça nous permet de voir l?impact de certains morceaux par rapport à d?autres sur le public et également d?être confrontés à plein de gens qui vont découvrir Vegastar, ça prépare à la sortie de notre EP, et ça crée une attente par rapport à l’album sur lequel on espère enchaîner.

Par rapport au feedback que vous pouvez avoir du public, l?affiche est-elle cohérente ?
Vince : Les gens sont contents du « packaging » Vegastar/Pleymo, ils ressortent rincés, ils ont pu nous découvrir, pour eux l?affiche est crédible, on le voit sur les forums. Et puis c?est bon pour l?aisance, l?exposition.
Franklin : Nous on va beaucoup sur le net sur les forums, et on a été surpris de voir l?engouement du public, sur notre site ou sur celui de Pleymo.

Parlez-nous de votre site ?
Franklin : C?est Jey (guitariste), graphiste, qui s?occupe de l?aspect visuel de Vegastar.

Pour vous l?aspect visuel, et le look c?est important ?
Vince : C?est pour ça que cette tournée est importante, ça nous permet de prouver qu?on est un « vrai » groupe, car au début on nous disait « vous êtes plus aptes à vous fringuer et à avoir une belle image qu?à faire de la scène »
Franklin : On a été pas mal dès le départ soutenus par Rock Mag et Rock Sound, on a eu des interviews, mais on avait tout à prouver, les gens jasaient un peu, on avait jamais fait de concerts?il y a eu pas mal de ragots internet « c?est qui ces fils à papa ? »
De plus, par rapport à notre 1er morceau, c?étaitt Bill d?Enhancer et Davy de Pleymo qui s?y étaient collés pour nous enregistrer, donc les gens se demandaient pour qui on se prenait, en plus sur les photos on se looke un peu, donc on récolte pas mal de critiques, et là les gens peuvent voir qui on est sur scène.

Vos projets ? Parlez-nous de l?E.P.
Franklin : A court terme, c?est continuer la tournée avec Pleymo, ensuite notre CD sera dispo sur les dates, via notre site. Sur la tournée on fait venir pas mal de gens de maisons de disques comme on joue dans de bonnes conditions, et on espère que ça aboutira sur un deal discographique, et qu?un album sortira à la rentrée (dans le meilleur des cas). On a déjà 11 chansons.
Vince : On compte après la tournée se remettre à composer, pour essayer de refaire 5/6 chansons, pour avoir le choix.
Franklin : En ce qui concerne l?E.P. : on a fait les prises chez nous, car on a pas mal de matos, puis on a été mixer dans un studio, et on en est sortis un peu déçus car le son ne nous plaisait pas du tout, on avait mixé la nuit, on faisait confiance au mec, on est sortis un peu dépités du mix.
On avait déjà mixé un titre avec les Watcha, mais on a voulu essayer d?autres gens, alors qu?on avait les Watcha sous la main, au moins eux sont des musiciens, ils connaissent le truc, ils sont dans le même esprit que nous, ils ont des idées, donc on les appelés à la rescousse.
Ils nous ont dit qu?il n?y avait pas de problème, ils ont bossé dessus, ont faitt un putain de boulot, ont repris les prises et mixé complètement différemment, résultat ça sonnait 100 000 fois mieux et on ne le regrette pas.
Vince : Watcha sont de purs musiciens et ils gèrent bien au niveau son, ils ont apporté plein d?idées, plein de petits arrangements (bandes retournées, boucles) en post-prod?. Ils ont vraiment enrichi le truc. Comme une oreille extérieure

Le mot de la fin ?
Franklin : N?hésitez pas à visiter notre site, à nous laisser des mails (on répond à tout le monde)
Vince : Et merci Indiepoprock !

Chroniqueur
  • Publication 444 vues10 mars 2004
  • Tags Vegastar
  • Partagez cet article