"> Delgado Jones - Tales of Wanderland - Indiepoprock

On a aussi écouté Delgado Jones – Tales of Wanderland

« Rain Forest » résonne encore de toute sa force et noirceur cathartique, que Delgado Jones présente « Tale of Wanderland ». Ce deuxième album sans les fameux Brotherhoods, affirme la puissance et cette sorte de grâce qui semble avoir touché un songwriter parmi les plus inspirés de sa génération.

Moins sombre que « Rain Forest », ce nouveau disque n’en reste pas moins totalement habité, voire hanté, par des chansons abrasives, dont la fureur n’a d’égal que la finesse de composition.

A l’instar de Mark Oliver Everett, Delgado Jones construit des titres dans lesquels une énergie parfois brutale s’effondre dans une mélancolie bouleversante. Accompagné ici par le sublime violon de Mirabelle Gilis, et soutenu par le brillant John Trap, le musicien transcende son univers, et le porte vers des terres rarement arpentées par le rock français.

C’est que « Tales of Wonderland » rivalise avec les oeuvres de Eels donc, mais aussi celles de Songs: Ohia ou de Sparklehorse. Ce rock massif qui se mêle à des sonorités pop d’une beauté souvent sidérante ; cette sensibilité à fleur de peau qui se perd dans l’électricité.

Delgado Jones y affirme un sens de la mélodie renversant, un son rude, dépressif, qu’il adoucit au contact d’arrangements discrètement lumineux. Il signe un très grand disque, compagnon de peines et d’écoutes pour longtemps.

Yan
Chroniqueur