"> Amatorski - Same Stars We Shared - Indiepoprock

Same Stars We Shared


Un album de sorti en chez .

Les Gantois d’Amatorski ont réussi un exploit, celui de finir finaliste de l’Humo Rock’s Rally, l’équivalent belge du concours CQFD des Inrocks, et de voir leur EP se vendre comme des petits pains à sa sortie. Comme c’est le cas avec les chouettes Absynthe Minded, Amatorski (qui tire son nom de groupe de la traduction […]

Les Gantois d’Amatorski ont réussi un exploit, celui de finir finaliste de l’Humo Rock’s Rally, l’équivalent belge du concours CQFD des Inrocks, et de voir leur EP se vendre comme des petits pains à sa sortie. Comme c’est le cas avec les chouettes Absynthe Minded, Amatorski (qui tire son nom de groupe de la traduction polonaise d’ « amateur »), a déplacé quelque peu l’attention des médias musicaux et des mélomanes d’Anvers à Gand, ce qui n’est pas une mince affaire connaissant la réputation des scènes anversoises, laquelle n’est plus contestable depuis longtemps. Il est donc évident que l’on se demande ce que ce groupe, propulsé comme étant « the next big thing », a d’exceptionnel, pour arriver à capter son audience avec juste quatre titres. 

Commençons notre investigation par le premier titre, Come Home. Celui-ci circule en tant que single depuis assez longtemps sur les ondes des radios belges, pour finir par devenir incontournable et de servir de musique d’accompagnement pour la pub d’une eau minérale. Soit, mais revenons donc au morceau proprement dit. Cette petite perle délicate est agréable à l’écoute, et bénéficie de l’apport vocal de Bram Vanparys alias The Bony King Of Nowhere. On dirait une musique de maison de poupée, avec la voix sucrée d’Inne Eysermans, qui rappelle celle d’Emmiliana Torrini ou de Victoria Bergsman alias Taken By Trees. Rien ne viendrait heurter cette douce quiétude, c’est trop mignon. 

Puis vient Same Stars We Shared, et les premières notes donnent des frissons, car on se croit sur un morceau des immenses Dez Mona, et on attend d’une minute à l’autre surgir la voix impressionnante de Grégory Frateur. Manque de pot, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut dénigrer cette lente chanson qui tourne un peu en rond. Les quatre d’Amatorski pratiquent l’art de la rengaine avec panache, ici nulle structure complexe. Un glockenspiel fait jaillir des perles de rosée sur The King

On finit avec My Favourite Work Of Art, qui fait penser au groupe le plus passionnant que compte la Belgique, les Anversois de Die Anarchistische Abendunterhaltung (DAAU). Un lent déluge de cordes donne une touche dramatique au morceau. Et c’est déjà fini.

Bon c’est sûr qu’avec les références pré-citées, Dez Mona et DAAU, on pourrait croire que l’on se trouve devant un groupe majeur. Que nenni, il leur faut encore de la maîtrise, qu’ils aient envie de prendre des risques, afin que leur musique soit moins proprette, que les tripes s’expriment plus. Mais c’est déjà un début, et celui-ci s’avère prometteur.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Come Home
  2. Same Stars We Shared
  3. The King
  4. My Favorite Work Of Art

La disco de Amatorski