"> Battles - Gloss Drop - Indiepoprock

Gloss Drop


Un album de sorti en chez .

9

On avait annoncé un peu vite la fin programmée de Battles suite au départ de Tyondai Braxton, que l’on croyait indispensable (ou presque) à l’algorithmie mélodique du désormais trio américain. Comment ces adeptes du math-rock allaient ils résoudre l’équation posée par le départ de celui qui assurait la majeure partie du chant, en plus de […]

On avait annoncé un peu vite la fin programmée de Battles suite au départ de Tyondai Braxton, que l’on croyait indispensable (ou presque) à l’algorithmie mélodique du désormais trio américain. Comment ces adeptes du math-rock allaient ils résoudre l’équation posée par le départ de celui qui assurait la majeure partie du chant, en plus de ses talents de multi-instrumentiste ?
La réponse se nomme « Gloss Drop » et si elle prend la forme d’une grosse masse gélatineuse de couleur rose, elle est plutôt cinglante. On a eu tort de penser que les trois membres restants (John Stanier, batteur, ex-Helmet et Tomahawk ; Ian Wiliams, guitariste et clavieriste, ex-Don Caballero et Storm & Stress ; David Konopka, guitariste, ex-Lynx) n’étaient que des faire-valoir à côté du supposé génial Tyondai Braxton et que le talent avait disparu au sein de Battles en même temps que le départ d’un de ses membres.
Plus accessible que « Mirrored », ce nouvel album n’en reste pas moins un album de math-rock, un genre pas toujours évident à apprivoiser. On est ici très loin du traditionnel « couplet/refrain » et autres canons de la musique populaire. Chaque titre est un casse-tête mélodique que l’on s’amuse à décortiquer à chacune des écoutes nécessaires à son assimilation. La musique de Battles est exigeante, dans le sens qu’elle mérite qu’on lui consacre toute son attention, sous peine de très vite perdre le fil.
A l’image du single Ice Cream, de la bombe afrobeat Futura sur laquelle guitare et clavier s’adonnent à une partie de ping-pong endiablée, de l’introductif Africastle et ses rythmes complexes à vous rendre fou n’importe quel crack en arithmétique, « Gloss Drop » envoie d’emblée un message fort à tous ceux qui avaient douté de la pérennité de Battles version trio. Pour compenser la perte du chant vocodé de Braxton, très présent sur « Mirrored », parfois à la limite de l’écoeurement, il a été fait appel à de nombreux invités, pour la plupart du temps pour le meilleur (Mattias Aguayo sur IceCream ; Gary Numan sur My Machines ; Yamantaka Eye sur Sundome).
Aux frontières du jazz, de l’électro, du post-rock ou encore du rock progressif, Battles continue de tracer le sillon d’une musique certes exigeante mais ô combien moderne, la musique du XXIème siècle selon certains.

Chroniqueur
  • Publication 285 vues16 août 2011
  • Tags BattlesWarp
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Africastle
  2. Ice Cream (Featuring Matias Aguayo)
  3. Futura
  4. Inchworm
  5. Wall Street
  6. My Machines (Featuring Gary Numan)
  7. Dominican Fade
  8. Sweetie & Shag (Featuring Kazu Makino)
  9. Toddler
  10. Rolls Bayce
  11. White Electric
  12. Sundome (Featuring Yamantaka Eye)

La disco de Battles

Gloss Drop9
90%

Gloss Drop

Mirrored
0%
EP C / B EP
0%
Tras
0%

Tras

EP C
0%

EP C

B EP
0%

B EP