"> Caetano Veloso - Cê - Indiepoprock


Un album de sorti en chez .

Depuis sa collaboration avec le guitariste Arto Lindsay, dans les années 1980, on savait Caetano Veloso féru de rock avant-gardiste new-yorkais. Cependant, ses dernières productions, plus feutrées, se tournaient davantage vers les rythmes brésiliens, la bossa et le jazz. "Cê" est donc une petite surprise.   Ethéré dans ses compositions, délicat dans ses mélodies, sobre […]

Depuis sa collaboration avec le guitariste Arto Lindsay, dans les années 1980, on savait Caetano Veloso féru de rock avant-gardiste new-yorkais. Cependant, ses dernières productions, plus feutrées, se tournaient davantage vers les rythmes brésiliens, la bossa et le jazz. "Cê" est donc une petite surprise.
 
Ethéré dans ses compositions, délicat dans ses mélodies, sobre dans ses arrangements, sombre dans ses interstices, "Cê" propose un rock minimaliste comme on en entend rarement au Brésil à l’heure actuelle. Plus intime, l’album l’est jusque dans sa production, due à Moreno Veloso (le fils) et à Pedro Sà (que Caetano Veloso considère comme son fils).
 
Le contexte est tout autre, mais on pense aussi à l’album éponyme que Caetano Veloso avait enregistré lors de son exil à Londres, au début des années 1970. Il y chantait London London, un hymne étrange empreint de désespoir. Ce qui rapproche ces deux albums, c’est non seulement le rock, la sobriété, mais aussi la noirceur qui ressort par moments. Ainsi, Waly Salomão oscille entre torpeur et inquiétude. Se prenant pour un serpent, Caetano Veloso étire son chant en suivant un hypnotique battement de batterie. On retrouve la même langueur à fleur de peau sur Minhas Lagrimas, évocation de Los Angeles, pleine de désolation.
 
Pour autant, l’exaltation n’est pas absente de "Cê". Les rythmes entraînants de Homen, représentation ironique de la masculinité, convoquent l’allégresse du Sergent Pepper de Beatles. Il y a aussi du David Bowie dans le refrain de Não Me Arrependo, et dans cette manie de chanter inlassablement des petites phrases sans queue ni tête, à l’exemple de Porque ?, défiant toute syntaxe ou grammaire portugaise.
 
En jouant sur les répétitions de mots et les boucles rythmiques, l’album donne par moment une impression de redite. Sans être le chef d’œuvre absolu de Caetano Veloso, "Cê" séduit en tout cas par sa fraîcheur, sa jeunesse d’esprit. Preuve, s’il en était encore besoin, que le chanteur anthropophage se joue des modes comme des facilités, allant où bon lui semble au gré de ses envies. A 60 ans passés, Caetano Veloso n’a pas fini de nous étonner…

Chroniqueur

Tracklist

  1. Outro
  2. Minhas lagrimas
  3. Rocks
  4. Deusa urbana
  5. Wally Salamão
  6. Não me arrependo
  7. Musa hibrida
  8. Odeio
  9. Homem
  10. Porque?
  11. Um sonho
  12. O heroi