"> Damien Jurado - Caught In The Trees - Indiepoprock

Caught In The Trees


Un album de sorti en chez .

Avec son parcours globalement impeccable et sa jolie brochette d’albums qui ont déjà largement fait étalage de son talent de songwriter, Damien Jurado aurait pu prendre sa place parmi ses pairs américains et devenir une de ses figures qu’on révère avec respect, en dépit de la discrétion de leur carrière. Mais cela ne va sans […]

Avec son parcours globalement impeccable et sa jolie brochette d’albums qui ont déjà largement fait étalage de son talent de songwriter, Damien Jurado aurait pu prendre sa place parmi ses pairs américains et devenir une de ses figures qu’on révère avec respect, en dépit de la discrétion de leur carrière. Mais cela ne va sans doute pas sans une part de renoncement, et notre homme ne semble pas prêt à jouer les poètes maudits.

Ainsi, sur « Caught in the trees », ce qui frappe en premier est sa voix. Au lieu de forcer sur le grain, de pousser dans le registre grave et sombre, il évolue au contraire ici vers plus de limpidité. C’est ce qui porte des morceaux comme Coats of ice ou Trials. De plus, il se fait régulièrement seconder sur le disque par une voix féminine, ce qui apporte une autre dimension, un peu plus de relief, comme sur Go first. 

« Caught in the trees » marque également une volonté de ne pas en rajouter dans la noirceur dépressive. Certes, Gillian was a horse, placée en ouverture, est un peu trompeuse, car sa dynamique pop surprend et détone un peu, même par rapport au reste de l’album, mais on se gardera bien de reprocher à notre homme de chercher à écrire un morceau qui se prête à toutes les oreilles.

Enfin, ce qui fait le sel de cet album, c’est bien sûr les quelques pépites qu’on y pioche et dont on ne se lasse pas (Last rights, Paper kite, Dimes), qui plus est ré haussées d’arrangements variés et soignés. Damien Jurado s’est décidément bien entouré sur cet album. On y trouve des cordes ainsi que des morceaux où il délaisse sa guitare acoustique pour tendre l’atmosphère et se brancher sur 220 volts (Best dress). Sur l’ensemble du disque, les mots sont parfois amers, parfois graves, d’autres fois plus légers, mais toujours justes. Dans son excellence générale, ce disque n’a certes pas la dimension pour créer l’événement, bousculer les chercheurs de sensations fortes. Mais ce genre de sensations sont souvent éphémères, tandis que les disques de Damien Jurado nous accompagneront encore dans dix ou vingt ans.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Gillian Was A Horse
  2. Trials
  3. Caskets
  4. Coats Of Ice
  5. Go First
  6. Sorry Is For You
  7. Last Rights
  8. Dimes
  9. Everything Trying
  10. Sheets
  11. Paper Kite
  12. Best Dress
  13. Predictive Living