"> Dan Auerbach - Keep It Hid - Indiepoprock

Keep It Hid


Un album de sorti en chez .

The Black Keys fait partie de ces groupes au son rétro qu’il est bon d’apprécier exclusivement en vinyle, en particulier leur premier album "The Big Come Up" qui demeure une bonne claque à écouter. Du pur blues inspiré par Jr. Kimbrough, martelé par le groove de Patrick Carney et les riffs visqueux de Dan Auerbach. […]

The Black Keys fait partie de ces groupes au son rétro qu’il est bon d’apprécier exclusivement en vinyle, en particulier leur premier album "The Big Come Up" qui demeure une bonne claque à écouter. Du pur blues inspiré par Jr. Kimbrough, martelé par le groove de Patrick Carney et les riffs visqueux de Dan Auerbach. Pourtant, la formule guitare-batterie s’est mise progressivement à ronronner en s’enfermant dans le carcan du blues-rock échappé des années 70. Un cadre dont il est difficile de sortir, malgré une récente collaboration avec Danger Mouse qui amena finalement le frontman de Black Keys à sortir son premier album solo "Keep It Hid".

Ce disque est l’occasion pour Dan Auerbach de varier son écriture musicale et de nous proposer une ouverture vers plus de pop. Tout commence par sa voix qui cherche un peu moins à imiter un vieux bluesman et se fait volontiers plus soul voire country, notamment sur le superbe Trouble Weighs A Ton où le chant habité d’Auerbach vient se poser sur une guitare acoustique dépenaillée. Le reste de l’album, plus électrique, continue dans une direction assez introspective avec les superbes Whispered Words et When The Night Comes.

Pour autant, Dan Auerbach sait encore faire frémir sa guitare avec quelques riffs bruts, notamment sur le bluesy I Want Some More, qui se voit enrichit d’une basse fuzz, comme pour mieux combler l’absence de la batterie de Patrick Carney. On est même surpris que son jeu rejoigne celui de Johnny Marr sur Heartbroken, In Despair. Enfin Auerbach semble avoir retenu quelques adages lors la collaboration avec Danger Mouse ; les machines apportant un supplément de groove sur le blues torve de The Prowl et Keep It Hid. Au final, on se rend compte que cet album se révèle vraiment agréable à écouter dans son intégralité, malgré la faiblesse de certains titres comme Mean Monsoon.

"Keep It Hid" fait donc partie de ces albums en marge de l’actualité, plutôt sympathique à écouter et sincère dans sa démarche. Une bouffée d’oxygène par rapport au cadre rigide de Black Keys.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Trouble Weighs a Ton
  2. I Want Some More
  3. Heartbroken, in Disrepair
  4. Because I Should
  5. Whispered Words (Pretty Lies)
  6. Real Desire
  7. When the Night Comes
  8. Mean Monsoon
  9. The Prowl
  10. Keep It Hid
  11. My Last Mistake
  12. When I Left the Room
  13. Street Walkin'
  14. Goin' Home

La disco de Dan Auerbach