"> Delorean - Into The Plateau - Indiepoprock

Into The Plateau


Un album de sorti en chez .

Delorean : vous avez déjà entendu ce nom, cherchez bien… Quelques indices : Marty Mc Fly, Doc Brown… Eh oui, c’est bien ça : la Delorean, c’est l’étrange véhicule qui fait office de machine à voyager dans le temps dans la série des "Retour Vers le Futur". C’est aussi, ici et maintenant, un quatuor espagnol […]

Delorean : vous avez déjà entendu ce nom, cherchez bien… Quelques indices : Marty Mc Fly, Doc Brown… Eh oui, c’est bien ça : la Delorean, c’est l’étrange véhicule qui fait office de machine à voyager dans le temps dans la série des "Retour Vers le Futur". C’est aussi, ici et maintenant, un quatuor espagnol qui, on le précise d’emblée, a le bon goût de ne pas nous infliger les atroces reprises de standards rock qui émaillaient les films de ladite trilogie.

"Into The Plateau", en revanche, n’est pas tout à fait étranger au concept de téléscopage des époques : selon une recette déjà largement éprouvée ces dernières années, on y découvre ainsi un electro-rock entre post-punk 80’s et techno 90’s. L’excellente idée de Delorean est de pousser cette logique à son terme en adoptant un son ouvertement électronique alors que tout est joué sur instruments. Un son simplissime : quelques nappes de synthé, une guitare réverbérée, une batterie mise en avant et une voix haut perchée jouant crânement d’un accent évident. Le tout pour un cocktail qui réussit le tour de force de frapper l’auditeur au plexus, tout en charriant un très fort sentiment de mélancolie urbaine.

Les premiers morceaux de l’album sont les moins complexes, les plus directs et les plus frontaux, happant directement l’auditeur avec une efficacité maximale, mais le mélange s’enrichit progressivement, pour atteindre une sorte d’acmé avec l’enchaînement Metropolitan Death 3 / No Name, véritable tour de force neurochirurgical : les jambes s’agitent dans une euphorie insouciante alors que les yeux s’embuent sous l’effet du spleen. On a rarement aussi bien traduit en musique la mélancolie qui peut s’emparer de l’âme solitaire perdue dans une gigantesque conurbation.

Après une entame d’une densité et d’une cohérence implacables, Delorean perd un peu son chemin sur une seconde partie d’album toujours irrésistible, mais qui trahit néanmoins un léger relâchement avec des morceaux moins percutants. Le tout s’achève sur un Shibuya Crossing de rêve urbain, qu’on se verrait bien écouter dans un bar tokyoîte en contemplant la marée humaine évoluer au gré des feux de signalisation. Un des grands albums de cet automne.

Chroniqueur
  • Publication 240 vues21 octobre 2006
  • Tags DeloreanBcore
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Complexity Reducer
  2. Soon
  3. Metropolitan Death 3 - New Version
  4. No Name
  5. As Time Breaks Off
  6. Open
  7. Apocalypse Night Fight
  8. Shibuya Crossing

La disco de Delorean