"> Donna - Suicide à Samoëns (février 2003) - Indiepoprock

Suicide à Samoëns (février 2003)


Un album de sorti en chez .

Donna et le Grand Téton sont de retour! Après un album qui avait de quoi destabiliser les non-initiés (« Les Musiques Sacrées De Saint Aygulf« ), Donna nous propose une autre thématique toute aussi extrême : le suicide. « Ce disque fait ouvertement l’apologie du suicide » peut on lire dans les notes… le décors est planté, et les […]

Donna et le Grand Téton sont de retour!
Après un album qui avait de quoi destabiliser les non-initiés (« Les Musiques Sacrées De Saint Aygulf« ), Donna nous propose une autre thématique toute aussi extrême : le suicide. « Ce disque fait ouvertement l’apologie du suicide » peut on lire dans les notes… le décors est planté, et les titres des morceaux (tous plus somptueux les uns que les autres!) paufinent le tout.

Musicalement, la galette est sensiblement plus courte et plus « pop » que le précédent opus, enchainant ballades suicidaires les unes après les autres. L’aspect mélancolique que l’on pouvait retrouver parfois dans « Les Musiques Sacrées De Saint-Aygulf » est ici beaucoup moins présent, dans ces morceaux plus directs, et plus percutants, pour la plupart. Je pense particulierement à « Toute ta vie, tu ,’as été qu’un gros impuissant » ou « Mieux vaut mourir »… le clou du disque étant à l’évidence la plage finale, « Malgré sa franche jovialité, le toqué avait les foies », morceau hommage au défunt Bernard Loiseau s’étant suicidé durant l’enregistrement de cet album. Je regretterais simplement le chant parfois un peu trop maniéré du Tyran (dont vous pouvez d’ailleurs suivre les tristes pitreries sur le forum du Grand Téton), ce qui cela dit n’enlève rien au charme ultra-décalé de ces quatorze titres.

Bref, vous l’aurez compris, Donna s’impose comme une des formations les plus en marge de la scène « chanson » actuelle. Un disque unique en son genre qui ne laisse certainement pas indifférent…

Jul
Chroniqueur