"> Goat Girl - Below The Waste - Indiepoprock

Below The Waste


Un album de sorti en chez .

8

Le troisième album des Londoniennes, le plus aventureux.

A la sortie de leur premier album en 2018, beaucoup pensaient certainement avoir vite cerné les Londoniennes de Goat Girl avec leur post-punk plutôt efficace par moments, sans grande originalité néanmoins. « On All Fours », leur second album paru en 2021, avait déjà démontré qu’il ne fallait pas les réduire trop vite à cette case, leur capacité à évoluer vers une electro-pop assez audacieuse ayant véritablement constitué une surprise. Néanmoins, on avait alors affaire à un disque post-confinement, dont il était en partie le reflet, et on pouvait se demander si sa forme était très liée à cet évènement hors-normes ou s’il marquait une volonté d’émancipation qui se poursuivrait.

« Below The Waste » est à cet égard une réponse claire. D’abord, commencer par noter les évolutions chez le groupe en lui-même. Concrètement, Goat Girl n’est plus un quatuor mais un trio, la guitariste Ellie Rose Davis n’étant plus là. Ensuite, aspect peut-être plus anecdotique mais potentiellement immportant, les filles en ont terminé avec les pseudos. C’est donc bien Lottie Pendlebury qui officie au chant, exit son alias à la scène Clottie Cream, Rosy Bones à la batterie (plus de Rosy Jones) et Holly Mullineaux à la basse (bye bye Holly Hole). Une volonté de transparence et de sérieux en phase avec la forme de ce nouvel album, qui réclame quasi-immédiatement une concentration totale de l’auditeur pour en prendre la pleine mesure. Car, si on se permet de retrancher quelques éléments un peu inutiles (le quasi-instru introductif Reprise qui ne fait que retarder le véritable démarrage du disque, l’autre instu Jump Sludge qui ne fait que rompre un peu le fil du disque), on obtient un album singulier qui ne laisse pas indifférent.

Un album globalement organique, avec guitares ou pas. Quand c’est le cas la tension est de mise, mais toujours retenue et, sur des titres tels Ride Around ou TCNC, on est pas très loin de ce que peut proposer une Kim Gordon. A d’autres moments, le trio se fait velours, sur des intonations pop (Words Fell Out où la voix soudain adoucie de Lottie Pendlebury fait merveille), des moments de grâce (Take it Away, sa mélodie limpide et ses délicieux accords de piano). D’autres fois encore c’est juste l’audace qui séduit sur des titres tels Motorway ou Pretty Faces. Car Goat Girl réussit avec « Below The Waste » un album tenu au tempo posé, en dépit des ambiances diverses, fait de titres qui refusent systématiquement une structure couplet/refrain et ressemble à un long fil qui ondule au gré des humeurs qui émaillent le tout. Perhaps, d’abord apaisé puis beaucoup plus convulsif en est un bon résumé. Arrivés au bout, il faut reconnaître que cet album est pour le moins singulier et que Goat Girl est un groupe de plus en plus inssaisissable mais définitivement passionnant.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. reprise
  2. ride around
  3. words fell out
  4. play it down
  5. tcnc
  6. where's ur <3
  7. prelude
  8. tonight
  9. motorway
  10. s.m.o.g
  11. take it away
  12. pretty faces
  13. perhaps
  14. jump sludge
  15. sleep talk
  16. wasting

La disco de Goat Girl

Below The Waste8
80%
On All Fours8
80%

On All Fours