"> Jacco Gardner - Cabinet Of Curiosities - Indiepoprock

Cabinet Of Curiosities


Un album de sorti en chez .

9

Mais qui est donc Jacco Gardner ? Ce drôle de lad est l’inventeur d’une machine à remonter le temps : "Cabinet Of Curiosities". Douze morceaux et autant de références à la fabuleuse épopée musicale des années 1960…

Mais qui est donc Jacco Gardner ? Ce drôle de lad est l’inventeur d’une machine à remonter le temps : « Cabinet Of Curiosities ». Douze morceaux et autant de références à la fabuleuse épopée musicale des années 1960… sous la houlette du label Trouble In Mind, qui compte également Ty Segall dans ses rangs.

(Ex-)fan des sixties, ouvre grand tes oreilles, ça risquerait de te plaire ! C’est là un album tout ce qu’il y a de plus anachronique. Clear The Air verse d’emblée dans le baroque avec quelques notes de clavecin qui rappellent tout de suite celles de Brian Auger sur le titre culte des Yardbirds, For Your Love. Comme refrain, une voix réverbérée et des chœurs anxiogènes. Un morceau pas si léger qu’il en paraît, presque tourmenté à la fin. Vacillant. Curieuse sensation.

Vient The One Eyed King, parfaitement dans la veine des Zombies et de leur chef d’œuvre « Odessey and Oracle », avec envolées lyriques et orchestrations soignées. Et là, c’est frais, c’est léger, youpi ! Avec ces sons de carillons distribués subtilement (Puppets Dangling, The Riddle), nous évoluons au milieu de la fantasmagorie la plus passéiste. Chemises à jabots. Matières chatoyantes. Couleurs saturées. Le tout tourné avec un objectif fisheye. Rêverie allumée à défaut d’être hallucinée.

Animé par la Sainte-Trinité carillon-clavecin-mellotron, ce disque revêt un caractère psychédélique indéniable. Et le titre Chameleon possède bien cette mélodie vue à travers un prisme déformant, un poil déstructurée mais tellement harmonieuse. Un peu magicien, Jacco Gardner a la capacité de transformer chaque morceau en un objet à l’identité esthétique indéniable.

Quarante minutes plus tard, la liste des références s’est allongée : Pink Floyd et Moody Blues en tête. Cet obscur musicien hollandais sait y faire, survole les modes et reprend tous les codes d’un répertoire presque classé au patrimoine mondial du rock – pari risqué mais réussi – leur insufflant fraicheur et lustre. Même que si vous vous penchez, il est écrit en petit « pop de qualité, depuis 1960 ».

Chroniqueur

Tracklist

  1. Clear the Air
  2. The One Eyed King
  3. Puppets Dangling
  4. Where Will You Go
  5. Watching the Moon
  6. Cabinet of Curiosities
  7. The Riddle
  8. Lullaby
  9. Help Me Out
  10. Summer's Game
  11. Chameleon
  12. The Ballad of Little Jane

La disco de Jacco Gardner