"> Jaromil - S/t - Indiepoprock

S/t


Un album de sorti en chez .

Projet formé autour d’Arnaud, le chanteur et guitariste, qui sévit depuis plusieurs années, Jaromil est devenu un groupe à part entière depuis trois ans et sillonne les scènes de Dijon, leur camp de base, et d’ailleurs avec une belle régularité qui ne pouvait pas passer inaperçue très longtemps. Leurs efforts sont donc aujourd’hui récompensés puisqu’ils ont […]

Projet formé autour d’Arnaud, le chanteur et guitariste, qui sévit depuis plusieurs années, Jaromil est devenu un groupe à part entière depuis trois ans et sillonne les scènes de Dijon, leur camp de base, et d’ailleurs avec une belle régularité qui ne pouvait pas passer inaperçue très longtemps. Leurs efforts sont donc aujourd’hui récompensés puisqu’ils ont déjà pu effectuer une tournée européenne avec les américains d’Oh No Oh My fin 2008, qu’on pourra les voir cet été aux eurockéennes et que leur premier véritable album de groupe, enregistré l’an dernier, se voit enfin offrir une diffusion plus large. 

A l’écoute du disque, on pourra toujours s’amuser à pointer, là une intro qui fait un peu trop penser à Cure (Mr Shark’s fears), l’ombre de Radiohead ailleurs, là n’est pas l’essentiel. Car, dès l’introductif It’s ok yeah, ce qui frappe est l’aisance du groupe à s’affranchir de formats de composition classiques, de savoir bifurquer en milieu de morceau, sans jamais s’égarer. Loin de se contenter de nous jouer des calques de leur discothèque idéale, les quatre Jaromil affirment une patte et une vraie personnalité, que ce soit dans l’urgence (Idiot) ou dans une forme plus posée (Both sides). L’album est en outre porté par une belle cohésion de groupe qui ne se dément jamais : concision de la section rythmique, guitares incisives, voix qui domine l’ensemble avec aisance, tout est à sa place, chose loin d’être évidente, surtout pour un groupe qui ne joue pas ensemble depuis très longtemps. 

Enfin, critère souvent déterminant aujourd’hui, Jaromil ne s’enferme pas dans un registre hermétique qui pourrait très vite tourner à vide. Du très pop Pumpin’iron au nerveux et dansant We are here to stay, le groupe s’affirme érudit et éclectique, spontané et posé. Les garçons n’ont pas ménagé leur peine pour se frayer un chemin, soouhaitons qu’is en récoltent très vite les fruits.

Rédacteur en chef
  • Publication 266 vues24 mai 2009
  • Tags JaromilSocadisc
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. It's ok yeah
  2. Mr Shark's fears
  3. Idiot
  4. Both Sides
  5. We are here to stay (wtf)
  6. Pumpin'iron
  7. Oesophage 32
  8. Werther
  9. Bended Trees
  10. My cat my phone and my space

La disco de Jaromil