"> Jay-Jay Johanson - Antenna - Indiepoprock

Antenna


Un album de sorti en chez .

Voilà un album qui va entraîner bien des controverses chez les fans du chanteur suédois Jay Jay Johanson. En effet, celui-ci nous avait entraînés, dans ces précédents albums, dans un trip-hop, un electrojazz, qui habillait à merveille sa voix de crooner. Mais attention Jay Jay est à son tour touché par la vague du revival […]

Voilà un album qui va entraîner bien des controverses chez les fans du chanteur suédois Jay Jay Johanson. En effet, celui-ci nous avait entraînés, dans ces précédents albums, dans un trip-hop, un electrojazz, qui habillait à merveille sa voix de crooner. Mais attention Jay Jay est à son tour touché par la vague du revival 80?s.

Outre cette merveilleuse nouvelle coupe de cheveux techno-arty, Johanson a intégré de nombreux synthétiseurs aux sons si caractéristique. A l?origine de cette mutation sans aucun doute les Munichois de Funkstörung, connus pour leurs arrangements assez froids dans la lignée des Moroder et Kraftwerk.

Ainsi dès les premières minutes nous sommes immergés dans cette nouvelle ambiance et on pense à la ?Gymtonic? de Véronique et Davina pour un ?On the Radio?. Single indispensable. Les choix alors réalisés ne sont pas forcément des plus judicieux, on pense à de vieux génériques, les ?Cité d?Or?, malheureusement du ?Déjà Vu? ou du déjà entendu. Que dire également par cet ?Automatic lover? qui pourrait être l?un des derniers singles des Pet Shop Boys.

Pourtant cette option choisie par Jay Jay Johanson est minoritaire sur cet album. Puisqu?il oriente certains de ses arrangements plutôt vers l?electronica (?Kate? ou ?Wonderful combat?) qui ne sont pas sans rappeler Björk. Le reste de l’album reste tout de même assez proche de ce à quoi le Suédois nous avait habitué avec un trip-hop plutôt jazz et assez classieux.

Cet album de Jay Jay Johanson est d?une grande hétérogénéité et lie le meilleur avec le pire. Un album sans aucun doute de transition qui en déroutera sans doute plus d?un, mais qui nous prouve dans le même temps, que le Suédois est encore capable de réaliser de très grandes choses?

Chroniqueur