"> Land of Kush - Against the day - Indiepoprock

Against the day


Un album de sorti en chez .

Lorsque l’on a affaire à une nouvelle sortie Constellation, il y a souvent derrière une histoire qui révèle le degré de passion des hommes à la tête du label. Ainsi, derrière Land of Kush se cache avant tout Sam Shalabi, une figure de la scène montréalaise dont beaucoup ont sans doute, sans le savoir, un ou plusieurs […]

Lorsque l’on a affaire à une nouvelle sortie Constellation, il y a souvent derrière une histoire qui révèle le degré de passion des hommes à la tête du label. Ainsi, derrière Land of Kush se cache avant tout Sam Shalabi, une figure de la scène montréalaise dont beaucoup ont sans doute, sans le savoir, un ou plusieurs disques sur lequel son nom figure dans leur discothèque. Touche à tout, il a décidé, en 2003, suite à un voyage au Caire, de monter un projet musical avec pas moins de trente musiciens, issus d’Afrique du nord et d’Amérique, qui serait une rencontre entre les musiques des deux continents et contribuerait à aller à l’encontre de la vague d’arabophobie qui sévissait en Amérique du nord depuis les attentats du 11 septembre et la guerre en Irak. En 2008, le projet a enfin abouti et les trente musiciens se sont produits sur scène à Montréal, glanant des critiques dithyrambiques. Soucieux que cette expérience ne reste pas seulement gravée dans la mémoire de ceux qui avaient eu la chance d’assister aux concerts, les responsables de Constellation ont convaincu Shalabi de graver les morceaux sur disque. D’où la sortie cette année d’"Against the day", auquel les trente musiciens ont participé.

Si l’entrée en matière se révèle aride et fait craindre un disque hyper expérimental très difficile d’accès, la suite va vite nous rassurer. AInsi, sur Iceland spar, long morceau lancinant, le choc des cultures est bien apparent, mais réussit une symbiose étonnante. Il faut d’abord s’arrêter sur la production au cordeau, marque de fabrique des albums Constellation, qui met en valeur une rythmique radicale, sur laquelle viennent se greffer violons et instruments traditionnels nord-africains pour tresser une phrase mélodique chaloupée, à la fois mélancolique et dansante.Elle va se déployer lentement pour prendre possession de l’auditeur et le faire voyager, rêver, passer par des moments oniriques, puis colériques et de transe lorsque des cuivres viennent se mêler à l’ensemble et vrombir furieusement. Puis, sur Bilocations, c’est une superbe voix soul qui prend le relais et vient nous faire chalouper au rythme de koras et autres flûtes envoûtantes. 

Puis soudain, sur Against the day, sans contradiction, les ukulélés et cuivres commencent par s’affoler, des guitares pointent le bout de leur nez pour un splendide morceau rock brodé autour d’une phrase musicale répétée à l’envie, qui nous entre tout de suite dans la tête. Le nombre de musiciens, la diversité des sons et des rythmes, loin de nuire à l’ensemble, lui donne au contraire un souffle et une énergie décuplée. Enfin, sur Rue du départ, les sonorités nord-africaines reprennent le dessus pour un final tout en ambiguïté, entre psychédélisme et chaos sous-jacent. "Against the day", qui doit son titre à un roman de Thomas Pynchon, nous a fait traverser en à peine une heure un océan de sensations musicales qu’on n’éprouve que rarement. Tous les repères, géographiques, culturels, sont à la fois bousculés et trouvent une unité. De tels moments, on en redemande.

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. The Light Over The Ranges
  2. Iceland Spar
  3. Bilocations
  4. Against The Day
  5. Rue du Départ

La disco de Land of Kush