"> M. Ward - Transfiguration of Vincent - Indiepoprock

Transfiguration of Vincent


Un album de sorti en chez .

Pour moi, Matt Ward se détache de tous ses petits condisciples sing/songwriters car non seulement il est monstrueusement talentueux mais en plus il possède un esthétisme inimitable. Son jeu de guitare, atypique il faut l’avouer, est copieusement prolifique, il suffit d’écouter ses ballades improvisées façon cow-boy pour s’en rendre compte. "Transfiguration of Vincent", sa troisième […]

Pour moi, Matt Ward se détache de tous ses petits condisciples sing/songwriters car non seulement il est monstrueusement talentueux mais en plus il possède un esthétisme inimitable. Son jeu de guitare, atypique il faut l’avouer, est copieusement prolifique, il suffit d’écouter ses ballades improvisées façon cow-boy pour s’en rendre compte. "Transfiguration of Vincent", sa troisième réalisation, s’érige, elle aussi, comme un petit chef d’œuvre. Si "Duet for Guitars #2", son premier album, sonnait cheap et légèrement rock à l’inverse d’un "End of Amnesia" de verre plus travaillé, cette nouvelle perle de songwriting s’inspire des opus susnommés pour n’en délivrer que le meilleur.

Enregistré dans un grenier, en quête de véracité, "Transfiguration of Vincent" dégage un parfum de western pacifiste où guitare et piano de saloon se révèlent être des armes de premier choix. En guise de présentation, Matt Ward nous offre Transfiguration #1, une impro acoustique accompagnée de notes d’harmonica discrètes, d’un piano et du chant des grillons rendant la toile encore plus rustique. Sad, Sad Song nous rappelle qu’il n’est pas seulement un guitariste hors-pairs mais aussi un auteur doué, révélant par la même occasion la personnalité du protagoniste de l’album : Vincent O’Brien, un ami à lui décédé. Alors que Duet for Guitars #3 nous rappelle au bon souvenir de son premier album et que Helicopter déboule sur un rythme de cavalcade, la chanson Poor Boy, Minor Key, merveilleusement introduite au piano, laisse songeur et l’espace d’un instant, sans que personne ne s’en aperçoive, réussi à arrêter le temps. A savoir pour les amateurs de David Bowie, qu’une version transfigurée de Let’s Dance est aussi au programme.

Ballades folk qui donnent illico envie de taper du pied, improvisations captivantes dont il a le secret, on peut dire que Matt Ward nous a vraiment gâté (une fois de plus). Il reste décidément le seul à pouvoir fournir ce son de guitare brute idéal pour ses mélodies enfiévrées.

Chroniqueur
  • Publication 344 vues31 décembre 2003
  • Tags M. WardMatador
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Transfiguration #1
  2. Vincent O'Brien
  3. Sad, Sad Song
  4. Undertaker
  5. Duet for Guitars #3
  6. Outta My Head
  7. Involuntary
  8. Helicopter
  9. Poor Boy, Minor Key
  10. Fool Says
  11. Get to the Table on Time
  12. A Voice at the End of the Line
  13. Dead Man
  14. Let's Dance
  15. Transfiguration #2