"> Micah P. Hinson - Pioneer saboteurs - Indiepoprock

Pioneer saboteurs


Un album de sorti en chez .

Un peu comme sur la pochette du dernier album de Sophie Hunger, on se fait braquer un flingue dessus quand on regarde celle de "Pioneer Saboteurs". Est-ce une façon pour des artistes dont on pourrait décrire la musique comme fragile de nous dire qu’ils ne sont pas décidés à se laisser faire ? L’interprétation est […]

Un peu comme sur la pochette du dernier album de Sophie Hunger, on se fait braquer un flingue dessus quand on regarde celle de "Pioneer Saboteurs". Est-ce une façon pour des artistes dont on pourrait décrire la musique comme fragile de nous dire qu’ils ne sont pas décidés à se laisser faire ? L’interprétation est sans doute foireuse mais vaut le coup qu’on s’y accroche. Car Micah P. Hinson, ce type discret au physique un peu ingrat, à la voix grêleuse, au point qu’on se demande parfois s’il va arriver au bout d’une chanson, a une sacrée trempe.

Sur "Pioneer Saboteurs", si la révolution musicale est loin d’avoir sonné, la révolution des musiciens, elle, est toujours d’actualité, et, comme pour chaque album, c’est donc entouré d’un groupe entièrement renouvelé que notre homme se présente. Un auditeur qui aura rapidement fait le tour de l’oeuvre déjà conséquente de ce dernier sera peut-être enclin à se demander quel est l’intérêt de tout bouleverser à chaque fois pour au final jouer les mêmes schémas. A cela, on répondra que ce n’est jamais inutile de toujours avoir recours à du sang neuf, d’éviter que les (mauvaises) habitudes s’incrustent, et, par ailleurs, que si la couleur de la musique de Micah P. Hinson reste la même, il ne s’interdit pas d’en altérer la teinte. Sur "Pioneer Saboteurs", c’est donc les cordes qui sont à l’honneur, avec plus d’emphase et d’ampleur qu’à l’époque de " Red empire orchestra". C’est ainsi sur une superbe envolée instrumentale que s’ouvre l’album avec A Call To Arms . Micah P. HInson lui-même entre ensuite en scène avec simplicité, la guitare en bandoulière, sur un Take Off That Dress For Me tout en humilité.

Mais encore une fois, hors de question de jouer la linéarité, et c’est lorsque Micah P. Hinson tresse des morceaux tout en ruptures, emplis d’une dramaturgie et d’un lyrisme qui n’appartiennent qu’à lui qu’il emporte totalement le morceau. Ainsi, le tourmenté Seven Horses Seen, qui s’emballe tel un superbe galop, ou l’incantatoire 2’s and 3’s, impressionnent. Plus encore, le magnifique The Cross That Stole This Heart Away et sa longue introduction lancinante qui cède la place à un chant plus que jamais au bord de la rupture vous prend littéralement aux tripes. Plus que jamais gardien d’un style, d’une flamme précieuse qu’il faut à tout prix préserver, Micah P. Hinson bouleverse et enchante. Gardons-lui une place au chaud.

Rédacteur en chef